Devenez candidat. Ensemble, nous ferons la différence.

Oui, Je veux devenir candidat SETCa aux prochaines élections sociales ! Je souhaite que le SETCa prenne contact avec moi pour officialiser ma candidature.

Voulez-vous devenir membre ?

En tant que membre, vous avez droit à de nombreux avantages. Profitez de tous nos services et inscrivez-vous maintenant!

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé des dernières nouvelles!

S'inscrire

La coopération avec les syndicats indonésiens entre dans un deuxième cycle (2022-2026) !

27/03/2023 | FR / NL

Depuis 2017, le SETCa mène un projet international en Indonésie avec trois syndicats du textile : SPN, Garteks et GSBI. Les membres de ces syndicats travaillent dans des usines textile pour des marques connues telles que Nike, Adidas, Puma, New Balance, etc. 

À la demande de nos partenaires locaux, le premier cycle s’est focalisé sur deux piliers importants :

  • Renforcer les syndicats en interne : nous avons partagé nos connaissances en matière de recrutement de membres, de communication, de techniques de négociation... bref, notre cœur de métier. 
  • Protocole FOA : en 2011, les syndicats indonésiens ont signé un accord historique avec des usines de confection et marques de sport internationales comme Nike, Adidas et Puma. L'objectif du protocole Freedom of Association (FOA) est de garantir que la liberté et les activités syndicales puissent être exercées librement dans les usines de confection fournissant ces grandes marques de sport. Au final, trois points ont été repris pour être négociés : la liberté d'association (création de syndicats), la sécurité d'emploi (contrats de travail) et les salaires minimums. Des accords concrets ont été conclus sur la création de syndicats au niveau des entreprises. En revanche, en ce qui concerne les négociations sur la sécurité d'emploi et le salaire minimum, les marques ont freiné des quatre fers. Avec ce projet, nous essayons de remettre ces négociations sur les rails. Grâce au projet, tous les syndicats impliqués ont pu élaborer des stratégies communes en vue de préparer la deuxième phase de négociations.

Deuxième phase : un nouveau partenaire et de nouveaux accents

Hélas, nous avons dû prendre congé d'un des syndicats avec lesquels nous avons collaboré. La coopération avec GSBI a pris fin en toute fraternité. Nous sommes certains que nous les retrouverons à l'avenir pour défendre les droits des travailleurs. Après tout, c'est dans notre ADN. Le SETCa remercie donc sincèrement GSBI pour ses efforts et son engagement dans le projet. 

Heureusement, nous avons aussi pu accueillir un nouveau partenaire : FSPMI. Ils sautent dans ce train en marche et voient ce que le projet est entre-temps devenu. Nous sommes convaincus que leur participation est une plus-value pour le projet. 

Pourquoi le SETCa est-il actif en Indonésie ?

La solidarité internationale est l'une de nos valeurs fondamentales et la meilleure réponse à la mondialisation. Notre fenêtre sur le monde est désormais grande ouverte. Sous l'impulsion de la prospérité croissante, des connaissances technologiques et des possibilités de transport, les employeurs ont également été voir plus loin que ce qui se joue dans leur propre région. Ainsi, plusieurs entreprises ont délocalisé la production de certaines marchandises dans d'autres pays, parce qu’elle pouvait s'y faire à moindre coût du fait des salaires plus bas.  

En tant que syndicat, nous avons alors le choix : nous pouvons essayer de nous isoler au maximum ou participer à la lutte pour les conditions de travail des travailleurs à l'étranger. Le SETCa choisit résolument cette deuxième option ! 

L'Indonésie accueille les entreprises à bras ouverts en leur fournissant une main-d'œuvre bon marché. Les employeurs sont dans un fauteuil et peuvent décider du jour au lendemain de déplacer la production dans une autre province où elle peut être encore moins chère. 

Omnibus law 

Le secteur du textile indonésien se remet encore de la pandémie. La fermeture des magasins a engendré l’annulation des commandes et évidemment, il y a eu moins d'emplois. Les syndicats du textile sont à présent confrontés à un gouvernement indonésien qui va encore plus loin et abuse de la période covid pour imposer la terrible « loi Omnibus » (Job creation act). Cette loi vise soi-disant à stimuler l'emploi et les investissements en réduisant les règles pour les entreprises. Elle menace les conditions de travail mais aura aussi des conséquences écologiques, car elle permet aux entreprises de déboiser facilement. Elle est également appelée loi omnibus car le texte contient plus de 1.000 pages. Il est donc évident que cette loi impacte tous les syndicats indonésiens mais aussi les simples citoyens. 

En tant que syndicalistes, il ne nous en faut pas pour soutenir nos camarades indonésiens. Le SETCa aidera à trouver des moyens de s'attaquer à cette loi monstrueuse. Nous examinons comment faire en sorte qu’à partir de l’extrémité de la chaîne d'approvisionnement (les magasins), une attention suffisante soit accordée aux droits des travailleurs au début de cette chaîne (la production). Nos luttes sont intrinsèquement liées. 

Envie d’en savoir plus sur la solidarité internationale ? 

Le SETCa a récemment rendu visite aux partenaires. Vous pouvez lire le compte rendu ici. Plongez vous aussi dans le monde de la solidarité internationale, vous serez surpris par les nombreux parallèles entre notre lutte ici en Belgique et la leur en Indonésie. 

Après tout, c'est dans l'ADN des syndicats : défendre les droits de tous les travailleurs !

Vous souhaitez rester informé(e) des activités du SETCa sur le plan international ? Abonnez-vous dans ce cas à notre newsletter ! Nous tenons bien sûr aussi notre site web à jour.