Voulez-vous devenir membre ?

En tant que membre, vous avez droit à de nombreux avantages. Profitez de tous nos services et inscrivez-vous maintenant!

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé des dernières nouvelles!

S'inscrire

Le seul choix qui s’impose : voter pour la solidarité | En action ce 03/06

23/05/2024 | FR / NL

Début juin, tout notre paysage politique sera renouvelé. De la commune à l’Europe, nous voterons en effet pour chaque niveau de pouvoir. L’un d’entre eux influencera particulièrement notre futur : c’est celui de l’Europe. Une Europe qui vire dangereusement à droite et à l’extrême droite. Une Europe qui dicte les règles du jeu et qui a en partie notre avenir dans ses mois. 

Depuis plusieurs mois, nous dénonçons le nouveau diktat budgétaire que celle-ci veut imposer. A partir de 2025, les Etats membres devraient en effet s’y conformer. Et qui seront les grand perdants de la partie ? Nous, les citoyens. Pour la Belgique, le plan d’austérité reviendrait à un effort budgétaire qui pourrait atteindre quelque 30 milliards, par an graduellement, d’ici 2028. Les chiffres prouvent que si on les applique, la Belgique ne pourra pas faire face aux investissements cruciaux ni dans ses soins de santé, ni dans ses écoles par exemple. Et c’est sans compter les investissements vitaux dans la transition climatique, qui ne pourront pas non plus être engagés. Cette nouvelle cure d’austérité affectera aussi notre sécurité sociale, nos services publics et nos revenus. 

Économiser 30 milliards d’euros/an à l’horizon 2028, à titre d’exemple, cela représente :

  •  près de la moitié de toutes les dépenses de retraite (69 milliards d’euros par an) 
  • plus de 2x le budget total des pensions publiques (13,7 milliards d’euros par an) 
  • + que le budget de l’enseignement 
  • 7x la dotation annuelle des chemins de fer 
  • 10x le budget annuel de la police fédérale et locale 
  • 3x le budget annuel des hôpitaux 
  • 2 ans de remboursements des consultations de médecins, dentistes, kinés, logos, sages‑femmes, maisons médicales et séances de psychologues 
  • 3x le budget annuel pour l’ensemble des salaires des départements de la Justice, de la Défense, de la police fédérale et de tous les autres fonctionnaires fédéraux (budget salaires de la fonction publique fédérale = 10,2 milliards d’euros

Gauche ou droite : des conséquences bien différentes

En fonction du gouvernement qui verra le jour après le 9 juin, nous prendrons des directions divergentes. Voter à gauche ou à droite engendrera, en effet, des résultats fort différents pour la population. Pour répondre aux obligations imposées par l’Europe, il n’y a que deux ou trois formules possible : soit en augmente les recettes, soit on diminue les dépenses, soit on fait un mix des deux. 

Les règles sont là mais les solutions pour y arriver dépendront de nos dirigeants belges. La droite stigmatisera les allocataires sociaux, malades, travailleurs sans emploi, ceux qu’elle appelle trop souvent les profiteurs du système. La droite cherchera à limiter les dépenses en tranchant dans les soins de santé, les allocations de chômage, les services publics, en touchant à l’index, en limitant les pensions... En somme, elle cherchera à désendetter l’Etat, mais en endettant le citoyen lambda. Par contre, elle continuera à offrir des cadeaux sans conditions aux entreprises. C’est 11 milliards de réductions de cotisations ONSS qui sont versées sans conditions aux entreprises chaque année !

Les politiques de gauche, eux, viseront à augmenter les recettes (meilleurs taxation, taxation plus juste) et à investir dans les services publics (écoles, routes, culture…) et le bien-être social. C’est par exemple : garantir une norme de soins de santé, investir dans la recherche médicale, investir pour des logements plus performants énergétiquement via des primes, taxer les plus gros revenus, aider les entreprises à la création d’emplois de qualité. 

Ce sont là deux logiques bien opposées qui s’affrontent. Nous devons être pleinement conscients des enjeux et choisir des politiques qui œuvreront pour plus de progrès social et non l’inverse. 

 Voter à gauche, cela signifieVoter à droite, cela signifie
BudgetInvestir dans les services publics et les soins de santé. Les services publics sont un outil de lutte contre les inégalités et un facteur d’intégrationNe pas investir dans le collectif. Aider les entreprises sans jamais vérifier où va l’argent
BudgetLa TVA est un impôt injuste parce que forfaitaire, il touche tout le monde de la même façon quelle que soit la hauteur des revenus. Limiter la TVA  qui plus est sur les produits de base, y compris l’énergie, est fondamental. Renforcer la progressivité de l’impôt est fondamental.Augmenter encore la TVA
BudgetFournir des aides aux entreprises qui créent  de l’emploi et qui peinent à s’en sortir11 milliards de réduction ONSS par an sans création d’emplois (et donc tout dans la poche des actionnaires)
EmploiRenforcer la qualité de l’emploi : des emplois à temps plein à durée indéterminée, accompagnés d’une formation pour tous les travailleurs. Une politique de retour au travail digne et pas sanctionnatrice.Augmenter le taux d’occupation, stigmatiser les chômeurs, les malades, améliorer les statistiques sans se soucier de la qualité.
EmploiLimiter les contrats précaires, favoriser les jobs sous CDIEtendre les flexi-jobs à tous les secteurs, déplafonner le nombre d’heures pour les jobs étudiants et déréguler les heures supplémentaires
EmploiRéduire les inégalités salariales et assurer des conditions de travail décentes pour tousFlexibiliser le marché du travail pour offrir plus de liberté aux entreprises et maximiser les profits
Pouvoir d’achatMaintenir notre précieux système d’indexation automatique, ce système de rattrapage qui évite le décrochage de nos salaires par rapport à l’évolution du coût de la vieMettre en place une indexation revisitée à travers un index net, à charge de l’Etat. C’est vouloir augmenter le pouvoir d’achat mais sans se préoccuper de la sécu ou du financement des services publics. 
Sécurité socialeAlimenter la sécurité sociale, assurance solidaire indispensable pour tousRéduire les dépense en matière de pensions, dans les soins de santé et d’assurance chômage
 

Investir dans les soins de santé et les services

publics

Investir dans la défense et l’armement

Ce 3 juin, à l’aube des élections, différentes actions de sensibilisation se tiendront un peu partout dans le pays.

L’objectif ? Conscientiser la population sur les enjeux du scrutin et appeler à faire le bon choix. 

Votez, c’est essentiel. Parlez-en autour de vous, conscientisez vos proches sur l’importance d’exercer leur droit démocratique et de faire entendre leur voix. Voter blanc, c’est subir. Voter consciemment, c’est agir. Voter à gauche, c’est assurer notre avenir. Un avenir où ce sont la solidarité et les citoyens qui l’emportent. 

Certains pourraient être tentés de voter pour l’extrême droite lorsqu’ils sont déçus des partis traditionnels. L’extrême droite ne sera jamais porteuse de progrès social pour tous mais sera synonyme d’exclusion toujours plus grande. Aujourd’hui les étrangers sont visés, à qui le tour demain ? Combattre l’extrême droite  doit rester notre combat de tous les jours.