becomeAMember.title

becomeAMember.description

newsletter.newsletter

newsletter.description

newsletter.subscribe

Retour vers un meilleur demain | Un monde... Où nous redécouvrons ce qui est essentiel

10/01/2022 | FR / NL

La crise du Coronavirus a chamboulé nos vies, elle a aussi rebattu les cartes. En remettant beaucoup de nos certitudes en question, en replaçant au premier plan les priorités qui sont vraiment essentielles, cette situation inédite doit aussi marquer le départ vers la construction d’une société nouvelle. Il y aura un avant et un après-Covid. Cet après doit passer par un changement radical de notre vie et de notre société : où le capital n’est pas ce qui dicte la loi mais où l’humain est au cœur des préoccupations.    

Depuis toujours, en tant qu’organisation syndicale, nous nous battons pour mettre en place une société plus juste et plus solidaire. Nos revendications, celles que nous portons depuis toujours, doivent plus que jamais être mises en œuvre. Le monde de demain n’existera que si il est fondamentalement différent. C’est-à-dire, si on est d’abord sur une planète où l’on peut vivre convenablement et où chacun peut avoir accès une vie digne tant sur le plan social qu’économique. 

Demain, c’est maintenant. C’est aujourd’hui que nous devons faire bouger les choses pour tendre vers un meilleur avenir pour tous. 

Continuer à être payé en cas de maladie, avoir accès à des soins de santé, être pris en charge rapidement et efficacement en cas d’hospitalisation…  Lors de cette crise mondiale, nous avons pu mesurer quelle chance nous avons de pouvoir compter en Belgique sur une formidable assurance solidaire intergénérationnelle et à quel point celle-ci est essentielle, voire vitale : notre sécurité sociale. Plus que jamais, elle doit être préservée, correctement financée par l’Etat et renforcée. Chacun doit pouvoir accéder et bénéficier d’une large protection sociale permettant se prémunir en cas de coup dur, à tout moment de la vie. Cela signifie des allocations sociales suffisantes pour tous, qu’il s’agisse d’allocations de chômage, d’indemnités maladie ou encore de pensions. Cela signifie également : plus de chasse aux chômeurs ni aux malades ainsi qu’un accès à la pension garanti à un âge raisonnable. Chacun - quelle que soit sa situation – doit pouvoir vivre dignement. 

Avec le climat, impossible de négocier. Les choix que nous faisons aujourd’hui au sein de la société, et donc aussi dans les entreprises, sont fondamentaux. Il est nécessaire de basculer vers une économie qui préserve le climat afin de protéger notre avenir et celui de nos enfants. Le monde a besoin d’activité économique, mais sur une planète morte, il n’y a pas d’emploi. L’avenir de la planète et sa préservation doivent lieu à des actes concrets dans la bonne direction. Cela aura inévitablement un impact sur l’emploi, mais aussi sur les conditions de travail et de rémunération. Une réflexion et des gestes forts doivent être mis en œuvre au niveau même des entreprises : en adaptant par exemple leur mode de production et de fonctionnement pour être moins polluantes, en intensifiant la mobilité verte et les bonnes pratiques. 

La frontière entre vie privée et vie professionnelle est toujours plus floue, ce qui est source de stress pour de nombreux travailleurs. En fin de compte, nous travaillons pour vivre et non l’inverse. Un travail de qualité, mais aussi une bonne qualité de vie au cours de toute la carrière sont essentiels. Malgré ce qu’affirment certains politiques, notre marché du travail est déjà très flexible aujourd’hui. La flexibilité ne concerne pas seulement le temps de travail, mais aussi les tâches, les contrats, les lieux de travail. Le travail flexible doit rester l’exception. Il doit être encadré collectivement, limité au maximum et rester une matière propre à la concertation sociale dans les secteurs et les entreprises. 

Demain, de nouveaux pas en avant doivent être franchi pour permettre un équilibre vie privée – vie professionnelle plus harmonieux pour tous, à travers par exemple la réduction collective du temps de travail, l’élargissement du télétravail, la création de nouvelles formes de travail suite à l’émergence des technologies nouvelles, etc. 

Les organes de concertation, indispensables, doivent pouvoir jouer pleinement leur rôle. Chaque entreprise doit pouvoir prétendre réellement à la démocratie sociale. Ce sont les travailleurs qui font tourner l’économie et ce pays. Plus que jamais, leur voix compte et doit être entendue. Chacun doit pouvoir bénéficier d’une représentation syndicale forte. Comme nous l’avons toujours fait dans le passé, le SETCa continuera à se battre jour après jour pour que les droits de l’ensemble des travailleurs, dans tous les secteurs et les entreprises nous représentons, soient bien respectés et améliorés. 

Garantir un avenir stable pour les jeunes et les moins jeunes, maintenir l’emploi, un emploi de qualité pour tous, préserver les conquêtes sociales, améliorer votre quotidien, offrir de bonnes conditions de travail et de rémunération constituent nos priorités. C’est vers cela que nous devons tendre demain. 

Il est temps de renverser la vapeur et de mettre en place une fiscalité plus ‘juste’, permettant une meilleure répartition des richesses. Ce sont les entreprises, les grosses fortunes et les épaules les plus larges qui doivent contribuer dans une plus grande mesure.  Enfin, tout le monde devrait pourvoir bénéficier d’accès à des emplois de qualité : de préférence, avec des contrats à durée indéterminée et à temps plein (pour ceux qui le souhaitent).

Sans un pouvoir d’achat suffisant, il est impossible de pouvoir vivre correctement et dignement. Pourtant, ces dernières années, notre bien-être économique a souvent été mis à rude épreuve. Préserver le pouvoir d’achat de tous, des travailleurs comme des allocataires sociaux, s’avère donc essentiel. C’est possible grâce à l’indexation automatique (des salaires et des allocations sociales). Ensuite, le pouvoir d’achat doit également être amélioré par une augmentation du salaire brut et enfin, par une augmentation du salaire minimum par le biais des barèmes. 

La lutte contre la discrimination et les inégalités est et reste une priorité. Au sein de notre organisation, il y a de la place pour tout le monde sauf pour les idées d’extrême droite. L’extrémisme, le racisme et toute forme de discrimination à l’encontre de n’importe quelle catégorie de personnes ne doivent pas avoir droit de cité. Nous continuerons à les combattre coûte que coûte. Plus d’égalité est possible. Cela signifie passer par une meilleure répartition des richesses, donner accès à plus d’emplois de qualité pour tous ainsi qu’à une protection sociale renforcée et mettre en place des initiatives pour améliorer les droits individuels de chacun. Nous voulons d’une société solidaire, plus juste et plus respectueuse de tous. Une société centrée sur l’humain, car c’est bien là que réside le cœur de notre futur. Ensemble, on est plus forts !