Devenez candidat. Ensemble, nous ferons la différence.

Oui, Je veux devenir candidat SETCa aux prochaines élections sociales ! Je souhaite que le SETCa prenne contact avec moi pour officialiser ma candidature.

Voulez-vous devenir membre ?

En tant que membre, vous avez droit à de nombreux avantages. Profitez de tous nos services et inscrivez-vous maintenant!

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé des dernières nouvelles!

S'inscrire

Télétravail : Big Brother vous regarde ?

26/01/2023 | FR / NL

Depuis la crise covid, le télétravail est définitivement ancré dans notre vie professionnelle. Pourtant, tous les employeurs ne sont pas aussi à l'aise avec le fait que vous fassiez ce que vous êtes censé faire à la maison. Le contrôle et la surveillance des travailleurs vont parfois très loin, surtout à l’étranger. Mais cela se passe ici aussi. Ainsi, il existe des logiciels qui enregistrent quand vous vous connectez, quelles touches vous utilisez, ou qui prennent même des copies d’écran à certains moments. Voici ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas. 

Quelles sont vos obligations ? 

En tant que travailleur, vous vous engagez à travailler sous l’autorité d’un employeur en échange d’un salaire. C’est aussi généralement l’employeur qui met à disposition les instruments de travail (tels qu’internet et les ordinateurs portables). Ainsi, un employeur peut par exemple surveiller le trafic global par internet ou e-mail (même s'il doit aussi respecter certaines règles). Mais qu'en est-il du contrôle lorsque vous faites du télétravail ? 

Votre employeur peut-il vous contrôler ? 

La réponse est oui. Votre employeur peut contrôler, mais il doit respecter votre vie privée. Toute forme de contrôle doit dès lors donc : 

  • Se faire de manière totalement transparente : vous devez être informé à l'avance du contrôle et de la manière dont il se déroulera. Votre employeur ne peut donc pas vous contrôler dans votre dos. 
  • Rester proportionnelle : tout contrôle doit être strictement nécessaire et correspondre à sa finalité. 
  • Avoir un but légitime, par exemple suivre une correspondance professionnelle. 

Quoi qu'il en soit, la numérisation génère de plus en plus de données à contrôler. Certains travailleurs utilisent même aussi des systèmes « intelligents » ou l’intelligence artificielle, de sorte qu'il est très simple de vérifier combien de dossiers ont été finalisés, à combien d’appels il a été répondu, etc. Une horloge numérique peut également être un exemple de contrôle. 

Dès lors que l'employeur traite des données à caractère personnel, il doit se conformer aux règles prévues par le RGPD. 

Enfin, le règlement de travail doit obligatoirement préciser de quelle manière les travailleurs seront contrôlés. 

En clair, il ne faut pas confondre surveillance et espionnage.

Des questions à propos de vos droits ou obligations ? N’hésitez pas à prendre contact avec nos sections pour un avis personnalisé.