SETCa

1/07/2019 17:22 Imprimer

En été aussi … Pensez à vos droits ! (-2)

Pécule de vacances

Durant vos congés, vous percevez ce qu'on appelle un pécule de vacances. Le pécule vacances se compose du simple pécule et du double pécule.

Si vous êtes ouvrier, le simple pécule  est le salaire normal pour les jours de congé et le pécule double vient en plus du salaire normal. Le pécule de vacances (simple et double) est calculé sur
base du salaire brut gagné en 2018. Il faut multiplier cette somme par 1,08. Votre pécule de vacances brut correspond à 15,38 % de cette somme. Il faut encore déduire les cotisations ONSS et le précompte professionnel.

Le pécule est payé entre le 2 mai et le 30 juin par la caisse de vacances à laquelle votre employeur est affilié.

Si vous êtes employé, vous recevez un simple pécule de votre employeur qui correspond à votre salaire normal et ce à la date habituelle (au moment où vous prenez votre congé)

Vous avez également droit à un double pécule de vacances, payé sous forme de prime, souvent dans le courant du mois de mai ou juin. Le double pécule est un supplément accordé en plus de votre rémunération normale.
Il représente 92% de la rémunération mensuelle normale. Exemple en chiffres : Vous avez travaillé les 12 mois de l’année écoulée et gagnez € 1.250 bruts au moment où vous partez en vacances. Votre double pécule sera donc : 12 x (92% de € 1.250)/12 = € 1.150.

Certaines entreprises octroient également un pécule de vacances extralégal. Celui-ci est considéré comme du salaire et est donc soumis à des cotisations ONSS.

Vous changez d’employeur ? Vous recevez dans ce cas si vous êtes employé un « pécule de vacances de départ ». Il s’agit en fait du pécule de vacances que vous auriez dû recevoir l’année prochaine, mais celui-ci vous est payé par votre employeur actuel au moment où vous quittez l’entreprise.

N’oubliez pas que votre pécule de vacances de départ est destiné à payer une partie des vacances de l’année suivante. Soyez donc prévoyant !

Encore jamais travaillé ou plus depuis longtemps ? Vous avez peut-être droit vous aussi à des congés.

Vous venez de terminer vos études, avez décroché votre premier emploi et allez à présent découvrir le monde du travail. Cela signifie-t-il que vous n’aurez droit à des jours de congés qu’après avoir travaillé une année complète ? Pas nécessairement ! Il se peut que vous ayez droit à des « vacances jeunes ». C’est un droit qui permet au jeune qui termine ses études, qui est âgé de moins de 25 ans et a travaillé au moins un mois comme salarié, de prendre l’année suivante des vacances jeunes en complément de son droit incomplet à des vacances. Pour chaque jour de vacances jeunes, vous recevez de l’ONEm une allocation égale à 65% de votre salaire plafonné. Il y a toutefois quelques restrictions. Ainsi, vous avez droit à maximum 4 semaines de vacances jeunes et devez être occupé comme salarié.

Vous avez également droit à des vacances jeunes si vous travaillez à temps partiel.

Un système équivalent existe pour les travailleurs qui reprennent leur activité, par ex. après la suspension de leur contrat de travail pour cause de chômage, de maladie de longue durée, d’interruption de carrière (crédit-temps, congé sans solde), etc. C’est ce qu’on appelle les vacances supplémentaires ou vacances européennes. Vous avez travaillé un temps à l’étranger ou étiez indépendant et êtes maintenant salarié ? Vous pouvez dans ce cas aussi y avoir droit. Si vous travaillez à temps partiel et passez à un temps plein pendant l’année des vacances, vous avez déjà droit aussi pour cette année à des jours de vacances européennes. Il en va de même pour les travailleurs à temps partiel qui augmentent leur durée de travail d’au moins 20% par rapport à la moyenne d'heures qu’ils prestaient auparavant pendant l’année en question.

Pour en profiter, vous devez avoir travaillé pendant au moins 3 mois ou 90 jours calendrier. Cette période doit se situer dans les 12 mois qui suivent le début ou la reprise d’activité et dans une même année civile. Pour pouvoir en bénéficier, tous vos jours de congé ordinaires doivent être épuisés.

Vous ne pouvez combiner vacances jeunes et vacances supplémentaires. Vous avez droit aux deux ? Choisissez dans ce cas le régime le plus avantageux pour vous.

Et qu’en est-il encore pour les étudiants jobistes ?

La législation relative au travail des étudiants a profondément changé au cours des dernières années. Aujourd'hui, un étudiant peut travailler tout au long de l’année. Vous avez droit à 475 heures par an pour lesquelles vous et votre employeur payez des cotisations sociales réduites. Vous pouvez vérifier combien de jours il vous reste sur studentatwork.be. À partir de la 476e heures, des cotisations sociales plus élevées s’appliquent.

Si vous habitez en Flandre ou dans les Cantons de l’Est, vous conservez votre droit aux allocations familiales si votre employeur déclare votre job étudiant à l’ONSS et reste dans les 475 heures. Si vous habitez à Bruxelles ou en Wallonie, vous pouvez travailler maximum 240 heures par trimestre, hors mois d’été. 

Vous entrez en ligne de compte pour un job d’étudiant à partir de l’année où vous avez 15 ans, à condition d'avoir parcouru les deux premières années de l’enseignement secondaire. À défaut, vous devez avoir 16 ans.

Attention ! Un étudiant jobiste doit lui aussi toujours avoir un contrat lorsqu'il commence à travailler.

Le SETCa vous souhaite un très agréable été ! Des questions à propos de vos droits ? Même en été, vos sections régionales sont à votre disposition. N’hésitez pas à les contacter !

 

 

Share/Bookmark