SETCa

14/08/2008 15:46 Imprimer

Le SETCa : Pourquoi ?


Le monde bouge de plus en plus vite. Notre société se transforme. Et nos entreprises, elles aussi changent. Aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin d'un contre-pouvoir syndical: pour vous informer, vous défendre et vous représenter, dans l'entreprise, mais aussi dans les négociations collectives avec les employeurs et le gouvernement.

 

Le SETCa est la plus ancienne organisation syndicale d'employés, de techniciens et de cadres dans notre pays et c’est une des principales centrales professionnelles de la FGTB. Il compte 21 sections régionales, qui offrent une série de services aux affiliés : permanents régionaux, service juridique, etc. Il se compose, par ailleurs, de plusieurs secteurs : commerce, finances (banques, institutions publiques de crédit et assurances), industrie, Non-marchand (soins de santé, éducateurs, culture, enseignement libre, etc.), logistique, information et communication.

 

Le SETCa regroupe des employés, techniciens et cadres, avec ou sans emploi, soucieux d’une société plus juste et plus solidaire. Ce projet implique le développement d'un syndicalisme indépendant, capable de négocier quand c'est possible et de se battre quand il le faut. Organisations syndicales et représentants patronaux négocient des conventions collectives au niveau interprofessionnel (pour l’ensemble des entreprises et institutions du secteur privé), au niveau sectoriel (par exemple les banques, les grands magasins ...) et dans les entreprises. Le SETCa est particulièrement attaché au fait de pouvoir mener librement ces négociations, qui portent sur les salaires et les conditions de travail.

 

Les conventions conclues au niveau interprofessionnel ou du secteur s’appliquent à l’ensemble des entreprises et institutions concernées, y compris celles où il n’y a pas ou peu de présence syndicale. Cette " régulation sociale " permet d’assurer des droits minimum aux travailleurs les plus faibles, en organisant la solidarité entre tous. La flexibilité des horaires de travail, par exemple, est une des questions où l’importance d’une telle régulation apparaît clairement. Il importe, en effet, que la flexibilité ne détériore pas la qualité de vie. Pour empêcher le développement d’une flexibilité débridée, il faut que celle-ci soit négociée collectivement, compensée et contrôlée. C’est un exemple, parmi d’autres, qui démontre l’importance d’être défendu(e) par une organisation syndicale forte.