SETCa > News > Vacances: recharger les batteries pour l’automne

08/07/2014 12:28 Imprimer

Vacances: recharger les batteries pour l’automne

 
Vos droits en tant qu’employé et les élections. Voilà les thèmes abordés à maintes reprises au cours de ces derniers mois. Il y a de fortes chances qu’ils le soient aussi après l’été. Car pour le moment, la formation du Gouvernement semble pouvoir encore aller dans toutes les directions. Et votre pécule de vacances comme employé est toujours insuffisant.


Qui dit vacances dit aussi pécule de vacances

Dans la foulée de la nouvelle législation relative aux délais de préavis et au jour de carence, le SETCa insiste depuis le début de l’année sur le fait qu’il faut aussi trouver une solution pour le pécule de vacances réduit des employés. La concertation sur le sujet reste toutefois lettre morte. Les fédérations patronales refusent tout débat sérieux. Leur proposition consistant à augmenter le pécule de vacances des employés en… abaissant la prime de fin d’année en est la meilleure illustration. Il s’agit à nos yeux de l’un des principaux dossiers de l’automne.


Poursuite de l’harmonisation des statuts

Ce dossier du pécule ne clôturera pas l’harmonisation des statuts. D’autres dossiers suivront encore, comme par exemple les pensions extralégales. Entretemps, un cadre a été créé en la matière : il prévoit que les différences entre ouvriers et employés doivent être éliminées pour 2025.


Restent ensuite tous les aspects collectifs, parmi lesquels l’organisation des commissions paritaires et les conventions collectives de travail qui y sont conclues. A ce niveau, il conviendra d’examiner objectivement quelles différences sont autorisées et lesquelles ne le sont pas. Enfin, il y aura toujours à l’avenir des travailleurs qui exerceront différentes fonctions dans leur entreprise et pour lesquels les conditions de travail et de rémunération peuvent être définies différemment sur le plan collectif.

Et le Gouvernement ?

Le refus des fédérations patronales d’avoir quelque discussion que ce soit sur le sujet est probablement dû aussi au paysage politique actuel. Un gouvernement de droite semble possible. Il leur permettrait de faire passer un certain nombre de choses sans avoir à tenir compte des intérêts des travailleurs.


Pour le moment, c’est « en avant toutes » pour que ce rêve se réalise. La palme revient à l’organisation pour indépendants Unizo qui (à la suite d’un sondage qu’elle a elle-même organisé) a fait savoir que les entrepreneurs boycotteraient un gouvernement qui ne serait pas de droite en « postposant les embauches » ou en « quittant » le pays. Nous nous posons d’ores et déjà des questions quant au caractère démocratique de tels propos, relayés sans la moindre critique par de nombreux médias.
Les remous occasionnés par de telles paroles ont peut-être précisément pour but de mettre d’avance des bâtons dans les roues d’un éventuel gouvernement qui ne serait pas de droite. Un gouvernement fédéral de droite n’est pas la seule possibilité.


Votre pouvoir d’achat sur la table

Que ce soit clair, le SETCa s’opposera à tout gouvernement qui entendra couper dans les droits de ses affiliés. Des aspects essentiels comme l’indexation des salaires, la sécurité sociale, la validité juridique des conventions collectives de travail… doivent rester intacts. Parce qu’il s’agit de droits qui améliorent tangiblement la vie de la grande majorité de la population, qu’elle soit active ou non-active.


Il ne s’agit pas seulement de défendre les droits actuels. Les négociations interprofessionnelles pointeront à nouveau le bout de leur nez à l’automne. Il n’y a quasiment pas eu de possibilité de négocier des augmentations salariales au cours des six dernières années. Ces deux dernières années, il a même été question d’un blocage salarial. Pour le SETCa, les prochaines négociations interprofessionnelles seront l’occasion de parler à nouveau de votre portefeuille. Après 6 ans de crise, il est grand temps de pouvoir faire quelque chose pour votre salaire.


Parallèlement à notre plaidoyer en faveur d’un pécule de vacances plus élevé et d’une fiscalité plus juste qui devrait voir les grandes fortunes mettre la main à la poche, nous miserons aussi à l’automne sur la défense et l’amélioration de vos droits.

Mais à présent, place aux vacances... Profitez-en !
Share/Bookmark