SETCa > News > Le pouvoir d’achat en ligne de mire

16/09/2013 17:41 Imprimer

Le pouvoir d’achat en ligne de mire


Peut-être ne le remarquez-vous pas, mais votre salaire est actuellement remis en question. Début de cette année, le Gouvernement a bloqué votre salaire jusque fin 2014. Ce délai sera probablement même allongé. Pour le SETCa, le pouvoir d’achat est le moteur de l’économie. Ce sujet occupait donc une place de choix à l’agenda de notre Collège des Permanents.


Augmentations salariales au frigo

Au printemps 2013, le Gouvernement a décidé de geler les salaires des travailleurs pendant deux ans. Les revenus d’autres catégories, comme les entrepreneurs, les actionnaires, etc. sont toutefois restés hors d’atteinte. De cette manière, notre pays suit le chemin erroné que nous indique l’Europe depuis déjà  cinq ans: économiser à tout prix, où que ce soit.

Le SETCa est fondamentalement en désaccord avec cette position. Outre la constatation que la vie est déjà bien assez chère pour de nombreuses personnes, une hausse des revenus peut aussi offrir une issue à la crise. Si vous avez une augmentation salariale en perspective, vous dépenserez plus également. Et cela profitera en fin de compte à toute l’économie. Dans les négociations sectorielles, le SETCa s’engage donc pleinement en faveur de plus de pouvoir d’achat.

Ces négociations battent leur plein à l’heure actuelle. Le point du gel des salaires occupait dès lors une place de choix à l’ordre du jour du Collège des Permanents du SETCa, la réunion du personnel de staff et des secrétaires de la centrale des employés. À l’ordre du jour : quelles sont encore les possibilités pour le pouvoir d’achat de nos affiliés les deux prochaines années ?


Et maintenant ?

Les services du ministère de l’Emploi ont voulu faire la clarté au moyen d’une note. Si les employeurs veulent interpréter le « gel salarial » le plus largement possible, il apparaît malgré tout qu’une petite marge existe.
Tout d’abord, les indexations et les augmentations barémiques ne sont pas reprises sous le dénominateur « augmentation salariale ». Vous pourrez donc toujours compter dessus. Soulignons toutefois que le Gouvernement a déjà révisé à plusieurs reprises la composition de l’index. Il en résulte que l’indexation ne compense plus véritablement toutes les augmentations de prix.


Des formes de salaire variable, avec bonus et commissions, restent possibles elles aussi. Des primes éventuelles que vous recevriez dans le cadre du système dit CCT 90 (avantages non-récurrents liés aux résultats) sont également encore autorisées.


Autre aspect important pour un grand groupe de travailleurs : l’augmentation du salaire minimum et la suppression des barèmes (réduits) pour travailleurs de moins de 21 ans restent possibles.


En ce qui concerne spécialement les affiliés à un syndicat : dans certains secteurs et entreprises, les cotisations syndicales sont (partiellement) remboursées. Il est permis d’introduire cette prime ou de l’augmenter jusqu’à 135 euros. Il existe aussi une marge de négociation suffisante au niveau des trajets domicile-travail par les transports en commun et de l’augmentation de l’indemnité bicyclette.


L’amélioration de la contribution au 2e pilier des pensions des travailleurs est possible elle aussi, même si subordonnée à certaines conditions.


Dans la pratique


Cet article n’est pas exhaustif, car d’autres pistes, plus techniques, sont également possibles. Il n’en reste pas moins que le Gouvernement a rendu la situation très difficile quant aux possibilités de forcer des améliorations en matière de pouvoir d’achat. Actuellement, la discussion va même plus loin … car si cela dépendait des employeurs et des partis politiques de droite, l’ère glaciaire pour vos salaires durerait encore un moment.

 

Vous pouvez d’ores et déjà compter sur le SETCa pour s’y opposer.  Nous soutenons donc la plainte introduite par les 3 syndicats belges auprès de l’Organisation Internationale du Travail. L’exclusion d’augmentations salariales brutes dans  les conventions collectives de travail est une atteinte au droit international fondamental de liberté de négociation.

Share/Bookmark