SETCa > News > La « fin » du saut d’index : qu’en est-il pour les employés ?

28/04/2016 12:10 Imprimer

La « fin » du saut d’index : qu’en est-il pour les employés ?


La fin du saut d’index se profile. C’est dû à la forte hausse des prix résultant surtout de toutes sortes d’augmentations des accises et des tarifs décidées par ce gouvernement. Il est toutefois prématuré de parler de la « fin » du saut d’index.
Pour rappel, ce gouvernement a décidé l’an passé de geler les salaires dans notre pays et de ne plus les faire augmenter parallèlement aux prix. Normalement, les salaires suivent automatiquement ces prix en Belgique. C’est ce que l’on appelle « l’indexation automatique ». En avril 2015, elle a été suspendue temporairement, jusqu’à ce que tous ceux qui perçoivent un salaire ou bénéficient d’une allocation aient perdu 2% de pouvoir d’achat : le fameux « saut d’index ».
Entre-temps, le Gouvernement a fait fortement augmenter les prix, surtout pour financer le « tax shift ».

Prenons par exemple la hausse de la TVA sur l’électricité à hauteur de 15%. Cette situation a fait grimper les prix de plus de 2% l’an passé, mais les salaires et les allocations n’ont donc pas suivi. Tous les travailleurs ou les allocataires sociaux sont donc 2% plus pauvres que l’an passé.


Retour de l’indexation en vue ?

Ce sont précisément les hausses de prix décidées par le Gouvernement qui ont fait grimper le coût de la vie plus que prévu. En mars, il est apparu que les prix avaient augmenté de 2,24% par rapport à un an plus tôt. L’indice santé, qui est utilisé pour calculer l’augmentation des salaires et des allocations, a même augmenté de 2,72%.


Cela signifie qu’après une période de « gel », l’index recommence à bouger et que dans certains secteurs, il sera à nouveau question d’adapter les salaires au coût de la vie. Les salaires des fonctionnaires et les allocations sociales seront également bientôt à nouveau indexés.


Cela ne veut toutefois pas dire que l’effet du saut d’index est annulé, au contraire : vous avez perdu ces 2% pour toujours. Cela a également un impact sur votre pension. Dans ce sens, un saut d’index ne prend donc jamais fin.
Malgré les allégations du Gouvernement et de certains médias, un saut d’index ne permet pas aux autorités de réaliser des économies : le blocage des salaires entraîne également un blocage des recettes provenant des impôts et des cotisations de sécurité sociale. Le saut d’index aurait donc aussi coûté de l’argent au Gouvernement. Tout cet argent est revenu intégralement aux employeurs. La reprise des indexations salariales renflouera donc aussi les caisses de l’État, le Gouvernement lui-même le reconnaît.


Quels secteurs ?

Contrairement à l’impression que les politiques et les journalistes donnent de la situation, il n’existe pas « une indexation » unique. Chaque secteur applique son propre système et ses propres règles, et les salaires sont adaptés au coût de la vie à des moments et d’une façon qui lui sont propres.


Cela signifie donc également que la reprise des indexations ne se fera pas uniformément ni simultanément dans les secteurs. Chaque secteur atteindra à un moment donné le point où les salaires seront à nouveau adaptés.

Plus d'info: www.setca.org/index

De grands secteurs des services comme la CP 200 sont toujours indexés en janvier et ne sont donc pas repris dans cet aperçu. Si les prévisions actuelles en matière d’inflation s’avèrent correctes, l’adaptation salariale dépassera certainement 1% pour ces secteurs.

Share/Bookmark