SETCa > News > Journée d’étude du SETCa commerce | Quel avenir pour la grande distribution ?

22/05/2019 13:59 Imprimer

Journée d’étude du SETCa commerce

Quel avenir pour la grande distribution ?

Depuis plusieurs années maintenant, le SETCa réclame une discussion avec Comeos, la fédération patronale du commerce, concernant l’avenir du secteur. Notre secteur est en effet en proie à d’importants changements liés notamment à l’évolution des habitudes de consommation, à la concurrence, à la numérisation et à son impact de plus en présent dans nos vies quotidiennes.

Il suffit de regarder les chiffres : en 2017, pas moins de 10,05 milliards d’euros ont été dépensés en achats sur internet (la plupart de ces achats étant malheureusement effectués sur des sites étrangers tels qu’Amazon, Alibaba, etc.). Et cette tendance va continuer à s’accentuer de façon exponentielle. Les  projections récentes montrent que l’e-commerce va voir ses ventes bondir de 40 % cette année en Belgique ! Le chiffre d’affaire attendu en 2019 est de € 14 milliards pour une dépense mensuelle moyenne de € 150 des e-shoppers ! Paradoxalement, plus le pouvoir d’achat est faible dans une région et/ou pays et plus l’achat en ligne sur des plateformes de type Amazon ou Alibaba est important. 

Bien qu’étant de taille, l’e-commerce ne constitue pas le seul défi pour le secteur du commerce, les questions de la guerre des prix, de la filialisation, des circuits-courts constituent aussi des défis de taille.

Ces nombreux défis obligent le secteur à se remettre en question et à repenser son modèle de développement au risque d’aller vers de nouveaux plans de restructuration.  Les premières victimes de ces changements massifs sont évidemment les 250.000 travailleurs du secteur qui sont les premières variables d’ajustement et qui sont confrontés à une pression du travail grandissante dans un avenir toujours plus incertain.

Malgré nos demandes répétées, la fédération patronale n’a toujours pas accepté notre invitation visant à ouvrir le débat autour de ces thèmes essentiels. C’est pourquoi le SETCa commerce a pris le taureau par les cornes ! Afin de faire bouger les lignes, le secteur a rassemblé près de 200 de ses militants le 6 mai dernier lors d’une journée d’étude. L’objectif : mener ensemble une réflexion et tenter formuler des réponses concrètes à tous ces défis et encore davantage. Quel avenir pour la grande distribution ? Et comment contribuer, en tant que syndicat, à un secteur du commerce fort ?

Défis et dangers pour le secteur

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Pierre-Alexandre Billiet, CEO du groupe Gondola, un groupe de périodiques qui a déjà mené plusieurs études sur l’avenir du commerce. M. Billiet a également écrit quelques livres et notamment avec le fondateur de Bol.com sur la façon de lancer un commerce électronique avec succès. Par sa maîtrise du sujet, il nous a apporté un éclairage très intéressant sur les défis et dangers pour le secteur. 

 

 

Comme il l’explique : « Les représentants des travailleurs jouent un rôle prépondérant pour l’avenir de la grande distribution. L’e-commerce n'est pas une fatalité mais il est nécessaire d’y apporter des réponses. Son impact n’est pas encore total. L’étendue des conséquences sera perceptible d’ici une vingtaine d’années. Il faut anticiper.»

Saviez-vous que dans l’e-commerce, les marchandises vendues ne sont pas toujours ajoutées au chiffre d’affaires des magasins ? C’est l’un des dangers de la croissance du commerce électronique : les filiales des chaînes qui misent sur l’e-commerce se retrouvent ainsi parfois dans des situations problématiques. L’e-commerce change le visage du commerce mais il ne s’agit pas du seul bouleversement que subit le secteur.

Depuis plusieurs années, on assiste à une guerre des prix entre les grandes enseignes avec une tendance aux produits gratuits (les fameux 1+1 gratuit, voir même 1+2 gratuit). Comme l’indique Pierre-Alexandre Billiet, ce modèle de commerce basé sur la guerre des prix, ce constitue « une destruction massive de valeur commerciale et écologique ». Il devient urgent de repenser le modèle.

Il faut pouvoir proposer des solutions alternatives. Pour Pierre-Alexandre Billiet, l’une des pistes pour réformer le modèle du commerce serait une plus grande réflexion autour de ce qu’il appelle un « écosystème ». et sortir de la logique de la guerre des prix.

Share/Bookmark