SETCa > News > Dessiner l'avenir

23/02/2015 15:11 Imprimer

Dessiner l'avenir


Voilà le slogan du 18e congrès statutaire du SETCa, qui se tiendra du 4 au 6 mars au centre de vacances Floreal, à Blankenberge. Durant 3 jours, quelque 700 militants débattront de ce que nous avons réalisé ces 4 dernières années, de l’actualité et des perspectives d’avenir pour les 4 prochaines années. Ensemble, nous dessinerons, lors de ce congrès, l’avenir du SETCa, de ses militants et de ses membres.


Avec plus de 420.000 membres, le SETCa est l’une des plus grandes centrales de la FGTB. Les 4 dernières années, notre nombre d’affiliés a augmenté de 8%, soit une moyenne de 2% par an. Grâce aux services bien développés offerts par le Secrétariat Fédéral aux sections et à l’encadrement des militants et des membres organisé par ces dernières, nous prévoyons encore une évolution positive du nombre de membres pour l’avenir.


Notre action internationale sera largement présentée, avec des interventions de nos partenaires africains dans le projet VIH-sida et de Philip Jennings, secrétaire général d’UNI, notre syndicat des services mondial. Nous nous attendons de sa part à un discours inspirant et motivant sur les défis à relever par les syndicats partout dans le monde et sur les alternatives que nous avançons pour mettre un terme aux inégalités et à la pauvreté. Rudy De Leeuw, président de la FGTB, ne manquera pas d’aborder l’actualité belge et la suite du plan d’action mené en front commun syndical. Lors de la journée d’ouverture du congrès, les congressistes pourront également assister à 2 interventions intéressantes. Richard Wilkinson nous parlera de son étude novatrice sur l’impact social de l’inégalité, tandis que Geert Van Hootegem (KUL) et Esteban Martinez (ULB) nous exposeront la façon dont se présente(ra) le travail d’aujourd’hui et de demain.


Et naturellement (sinon, ce ne serait pas un congrès), des résolutions et des motions seront portées au débat et soumises au vote. La résolution de base examine quelles mutations technologiques ont une influence sur le marché du travail, l’organisation du travail et les relations de travail. Ou serait-ce le contraire ?


Comment devons-nous, en tant que syndicat, encadrer ces mutations dans l’intérêt du bien-être des travailleurs ? Comment réaliser au mieux le contrôle syndical indispensable de ces processus ? Et, outre l’encadrement collectif de la flexibilité, ne faut-il pas également remettre en avant la réduction collective du temps de travail, vu la productivité galopante ?


Notre fonctionnement et nos structures seront également soumis à d’indispensables changements. Toutefois, nous n’agirons pas dans la précipitation et garderons toujours en point de mire l’intérêt des membres, des militants et des collaborateurs de la centrale. Les changements sont importants et nécessaires s’ils nous rendent plus forts, pas s’ils nous affaiblissent.


En mars, le contrôle budgétaire figurera à l’agenda du Gouvernement. À cet occasion, la FGTB et nous-mêmes proposerons l’impôt sur le(s) (revenus du) capital. Le congrès établira dans une motion comment nous voyons les choses concrètement. Le SETCa considère la sécurité sociale, qui doit rester fédérale, comme la seule vraie sécurité d’emploi. Travailler plus longtemps, à un moment où plus de 100.000 jeunes cherchent du travail, n’est ni nécessaire ni juste. Le congrès prendra position de façon claire contre le relèvement de l’âge de la pension et pour la préservation des possibilités de départ anticipé.


Nous vivons une époque où les forces de droite profitent du sentiment d’insécurité pour remettre en question des valeurs démocratiques fondamentales. Nous soumettrons au vote une motion dans laquelle nous déclarons clairement que la diversité – sous toutes ses formes – constitue la richesse de notre démocratie. Le congrès plaidera également en faveur d’une autre Europe, pas une Europe d’austérité, mais une véritable Europe sociale, dans laquelle les citoyens européens voient à nouveau leur avenir.

 

Pour le SETCa, les forces de gauche/progressistes doivent s’unir, également au niveau européen. Il faut construire de nouveaux rapports de forces politiques, qui sont nécessaires pour donner à notre société un visage social où chacun a droit à un travail et où ceux qui ne peuvent pas travailler ou qui ne travaillent plus peuvent vivre dans la dignité. L’avenir nous appartient. Dessinons-le lors du congrès du SETCa.

Share/Bookmark