SETCa > News > Départ des négociations sectorielles

26/04/2011 17:09 Imprimer

Départ des négociations sectorielles


L'arrêté royal qui fixe la marge pour les négociations sectorielles et d'entreprise à venir a été publié au Moniteur belge le 1er avril. Cet arrêté royal reprend les dispositions de la proposition de médiation faite par le gouvernement après le rejet du projet d'AIP par une majorité des travailleurs de ce pays. Cette partie du projet d'AIP a toutefois été reprise intégralement par le gouvernement et est désormais aussi exécutée par voie d'AR: l'évolution maximale du coût salarial pour 2011-2012 ne peut excéder 0,3% en plus de l'indexation et des augmentations barémiques. En outre, cette augmentation maximale ne peut être appliquée qu'à partir de 2012. Le SETCa et la FGTB s'y sont toujours opposés. Maintenant que débutent les négociations sectorielles, nous allons et devons rester conséquents.

 

Comme par le passé, nous allons négocier dans les secteurs et les entreprises en prenant pleinement nos responsabilités, mais librement. Nous ne nous laisserons pas imposer de carcan dans les secteurs et entreprises qui peuvent faire plus. Et il y a suffisamment d'entreprises prouvant qu'il y a davantage de marge: les bénéfices de l'exercice 2010 qui sont publiés le montrent déjà certainement. Et personne ne peut nier qu'une grande partie de ces bénéfices va aux actionnaires et que de fabuleux bonus sont à nouveau prévus pour le top management. De "gros poissons" pour les actionnaires et les top managers et des miettes pour les travailleurs? Inacceptable!


Entre-temps, notre système d'index reste sous le feu des projectiles. Malgré les déclarations de membres du gouvernement et le fait que l'AR du 1er avril en reprenne expressément la sauvegarde. Le plan de compétitivité européen pend comme une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, pas uniquement mais aussi concernant notre système d'index, unique en Europe, et dont il faut être fier! Nous continuerons dès lors à combattre toutes les attaques sur notre système d'index, où qu'elles se situent. Certaines fédérations patronales lanceront en outre déjà l'assaut lors des négociations sectorielles à venir. Car n'oublions pas que si la composition de l'indice-santé (et la moyenne quadrimestrielle comme base pour les indexations) est peut-être bien ancrée dans la loi, les systèmes d'index sont définis dans les CCT sectorielles. Des employeurs mettront donc ici et là des propositions dites "all in" sur la table, surtout maintenant que l'inflation augmente. Comme SETCa, nous dirons résolument non partout aux formules all in. Ici aussi, nous n'accepterons pas d'atteinte à l'indexation!


Outre les salaires, d'autres points feront aussi partie de nos cahiers de revendications. Car il faut aussi améliorer la qualité du travail. Une organisation du travail à taille humaine, la formation pour tous les employés, une bonne politique de fin de carrière avec reconduction des mesures de prépension, la conciliation travail-vie privée, la mobilité, etc. Il y a suffisamment de pain sur la planche. Dans les prochaines semaines et les prochains mois, nous nous attèlerons intensivement à l'amélioration des conditions de travail et de rémunération dans les secteurs et les entreprises.


Et entre-temps, avec la FGTB, nous surveillerons de très près l'élaboration du budget pluriannuel – sous curatelle européenne! – et du plan de compétitivité européen et sur ces points, nous devons rester mobilisés. Une Europe du démantèlement social, ce n'est pas le projet européen auquel nous croyons.

 

Erwin De Deyn, Président

Myriam Delmée, Vice-Présidente