SETCa > News > Demandeurs d’asile et travailleurs des centres d’accueil : Unis dans le même combat !

25/04/2018 16:04 Imprimer

Demandeurs d’asile et travailleurs des centres d’accueil :

Unis dans le même combat !

Ce 23/04, les travailleurs de la Croix-Rouge se sont rassemblées au Parc Maximilien à Bruxelles, aux côtés des membres du Collectif Citoyens Solidaires de Namur, afin de protester contre la décision du gouvernement de fermer plusieurs centres d’accueil pour demandeurs d’asile. L’annonce de ces fermeture ayant été faite en l’absence de toute concertation, l’écœurement et la colère étaient palpables. Au-delà du drame humain, c’est un drame social qui est en train de se jouer…
On le sait depuis quelques semaines, Theo Francken, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration,  a décidé de diminuer le nombre de places d’accueil des demandeurs d’asile et de fermer un certain nombre de centres pour en revenir à la situation d’avant la crise de 2015. Cette décision, a suscité de nombreuses réactions indignées, non seulement de la part des centres et de leurs travailleurs, mais aussi des associations et des citoyens qui s’investissent depuis tant de temps pour que l’accueil des demandeurs d’asile se fasse dans la dignité et avec humanité.

Comme beaucoup d’autres structures, la Croix-Rouge est concernée par les fermetures et les pertes d’emploi qui en découlent. Elle est aussi gravement interpellée par le sort qui sera fait aux demandeurs d’asiles qui seront victimes d’une politique menée en dépit de tout bon sens, de toute considération humaine et de tout respect pour les travailleurs et les bénévoles qui se sont investis dans ces projets humains et solidaires.

L’action du 23/04 a réuni près de 300 personnes (des travailleurs de la Croix-Rouge, une délégation du Samu social, des membres du Collectif Citoyens Solidaires de Namur et des sympathisants). Ensemble, ils ont réclamé une politique humaine et digne !  Comme l’explique Patricia Petitfrere, collaboratrice SETCa du secteur Non Marchand : «C’est une situation dramatique pour les travailleurs et pour les demandeurs d’asile. Le gouvernement traite ce dossier de manière scandaleuse, sans avoir le moindre regard social ni humain. Du jour au lendemain, les demandeurs d’asile vont perdre toutes leurs marques, les possibilités d’intégration et démarches qui avaient été lancées. Les travailleurs, quant à eux, vont perdre leur emploi sans autre forme de procès. »

Après le rassemblement au Parc Maximilien, une délégation restreinte s’est rendue au Cabinet de Theo Francken afin de lui remettre une pétition initiée par le Collectif Citoyens solidaires et regroupant plus de 10.000 signatures. Elle regrette de même pas avoie été reçue malgré la fait que cette visite avait pourtant été annoncée.   

Share/Bookmark