SETCa > News > Votre pouvoir d’achat, moteur de l’économie

07/04/2014 20:20 Imprimer

Votre pouvoir d’achat,
moteur de l’économie

 
Sous prétexte de la crise, les employeurs, certains partis et des organisations internationales (comme le FMI ou la commission européenne) s’attaquent régulièrement au pouvoir d’achat des travailleurs. Remise en question de l’indexation et des barèmes, diminutions de salaires, marge de négociations nulle sur les conditions de travail et de rémunération, tout y est passe ! Dans le contexte actuel de campagne électorale, on le constate également : bon nombre de responsables politiques voudraient bien trancher encore un peu plus dans ces mesures qui garantissent le niveau de votre pouvoir d’achat. Pourtant, contrairement à ce que beaucoup prétendent : plus de pouvoir d’achat, c’est aussi une économie en meilleure santé…

 

L’indexation salariale pointée du doigt

La première victime en ligne de mire est notre système d’indexation automatique des salaires. Ces dernières années, on ne compte plus les critiques, remises en question et tentatives de manipulation de celui-ci, que ce soit au niveau de la sphère politique ou patronale.

L’indexation automatique est pourtant essentielle pour le maintien de votre pouvoir d’achat. Le fonctionnement est simple : il s’agit d’un système basé sur le calcul de l’évolution d’un panier type de produits et de services (tous les produits consommés ne sont néanmoins plus repris, nous avons un index « santé » depuis pas mal d’années. Ex : le prix des carburants n’est pas repris dans l’évolution du panier). Quand les prix de ce panier augmentent, l’index s’adapte en conséquence et suit cette hausse. Lorsqu’un certain seuil est dépassé, les salaires et les allocations sociales sont automatiquement adaptés à l’index. Le système permet donc d’adapter les revenus des citoyens en fonction de l’évolution du coût de la vie.

Et ces dernières années, celui-ci n’a fait que monter en flèche. Depuis 2004, le coût de la vie a augmenté de plus de 22%. Si l’indexation automatique n’existait pas, cela signifierait donc qu’aujourd’hui, les travailleurs seraient plus pauvres de 22% par rapport à il y a 10 ans…

Notre système d’index est un fondement qui doit impérativement être maintenu car il est seul qui permette de garantir le pouvoir d’achat des travailleurs et des allocataires sociaux. Les chiffres parlent d’eux-mêmes si l’on compare la situation de la Belgique avec celle d’autres pays européens qui ne connaissent pas ce système. Entre 2008 et 2009, au moment où la crise financière battait son plein, la chute du PIB a été moins marquée chez nous que dans d’autres pays voisins (comme la France, l’Allemagne ou les Pays-Bas). Ceci s’explique par les mécanismes d’indexation automatique des salaires et de chômage économique, qui ont joué leur rôle de ‘stabilisateurs’.

 

Coups de frein sur les salaires

Il n’y a pas que l’indexation qui assure le maintien du pouvoir d’achat des travailleurs. L’évolution de la rémunération joue également un rôle important. Or depuis 2011, suite à une décision unilatérale du gouvernement, on a assisté à un gel des salaires quasi-complet. La marge maximale de l'évolution salariale été fixée à… zéro ( !) pourcent pour 2013-2014. Que ce soit sur le plan interprofessionnel ou sectoriel, les possibilités de négociations sur les salaires étaient complètement verrouillées. Il est temps de mettre fin à cette politique de blocage salarial.

Les conséquences de ces mesures sont bien visibles. Même quand on travaille, il devient de plus en plus difficile pour certains de joindre les deux bouts. Les années passent sans voir se dessiner de réelles augmentations de salaires, les difficultés s’accumulent... Depuis 2007, le nombre de ménages en défaut de paiement pour des factures concernant un ou plusieurs besoins de base (comme l’électricité, l’eau, le gaz, les soins de santé, etc.) ne cesse d’augmenter.

La sauvegarde des barèmes et une vraie évolution de la rémunération à travers la concertation sociale : voilà ce qui doit être mis en œuvre pour améliorer l’avenir de tous !

 

Plus de pouvoir d’achat, c’est aussi plus de croissance

« Il faut plus d’austérité », « restrictions budgétaires », « de nouvelles mesures d’économies sont nécessaires », « on doit resserrer la vis », etc. : ces discours politiques et patronaux sont trop souvent présentés comme la voix de la sagesse, la seule solution possible pour relancer l’économie. Et pourtant...

Economiser sur tout et à tout prix n’est pas une bonne solution pour sortir de la crise. Contrairement à ce que bon nombre laissent entendre, attaquer le pouvoir d’achat des travailleurs ne soutient ni la consommation, ni la croissance. A l’inverse, soutenir votre pouvoir d’achat stimule la consommation intérieure (c’est bien connu, plus vous avez d’argent plus vous continuez à consommer) ainsi que l’activité des entreprises et des commerçants. Un point de vue que nous partageons avec de nombreux économistes.

Les responsables politiques de demain doivent prendre conscience que c’est là la clé pour une véritable relance de l’économie. Il est nécessaire de se battre pour préserver le pouvoir d’achat de tous mais il faut également l’améliorer. Ceci doit passer par l’indexation et de réelles augmentations de salaires (également pour les salaires minimums). Au bout du compte, c’est tout le monde qui en retirera des bénéfices : les travailleurs, les entreprises, l’état et le pays tout entier.

 

Alors s’assurer plus de pouvoir d’achat à l’avenir ou le voir se réduire encore plus ? Ce sera à vous de choisir le 25 mai prochain…

 

 Téléchargez notre affiche

 

 

 

Share/Bookmark