SETCa > News > Votre contrat en danger ?

01/12/2009 15:06 Imprimer

Point de vue

Votre contrat en danger ?

 

 
Les fermetures d'entreprises et licenciements collectifs annoncés ces dernières semaines en disent long. Comme nous le prévoyions déjà dans le précédent édito, des coups vont encore tomber, malgré la reprise économique annoncée.

 

Nos délégués dans ces entreprises, où risquent de disparaître plusieurs centaines d'emplois, font preuve de beaucoup de courage dans des circonstances difficiles. Ils refusent de subir passivement les décisions prises par les dirigeants d'entreprises. Ils avancent des alternatives et font tout pour éviter les pertes d'emplois ou à tout le moins, en réduire le nombre. Et si  ces pertes sont malgré tout inévitables, ils négocient des conditions de départ convenables pour les employés.

 

Il en est allé de la sorte aussi chez PSA Hessenoordnatie, où la pression nécessaire sous forme d'action a permis de négocier un plan social de qualité. Ce plan réduit les pertes d'emploi par rapport au nombre initialement prévu. Voici ce que défendent nos délégués : assister et défendre leurs membres en toutes circonstances. Dans un contexte plus favorable, ils le font en forçant des avantages supplémentaires et quand les circonstances sont plus difficiles, ils luttent pour préserver ce qui a été réalisé et veiller à ce que les employés gardent malgré tout des perspectives d'avenir. Les délégués du SETCa méritent qu'on leur tire notre chapeau, également et assurément pour leur travail en ces temps difficiles.

 

À la lumière de ce contexte, l'avis demandé par la ministre de l'Emploi à propos de la reconduction des mesures de crise est entre-temps discuté au Conseil national du travail. Nous sommes bien sûr conscients que la décision de reconduire a déjà été prise par le gouvernement ; il a inscrit pour ce faire 85 millions EUR dans le budget 2010. Mais il faut encore l'accord des partenaires sociaux sur la manière dont les mesures de crise pourront s'appliquer l'an prochain. Le SETCa veut qu'il y ait à cet égard plus de place pour le contrôle syndical. Le meilleur moyen d'y arriver réside dans des accords sectoriels créant les conditions d'introduction des mesures de crise pour toutes les entreprises – petites et grandes – du même secteur, afin d'éviter l'apparition de tout dumping social et de prévoir une compensation salariale convenable pour tous les employés.

 

La prorogation des mesures de crise reste subordonnée à nos yeux aux avancées susceptibles d'être réalisées dans l'harmonisation du statut d'ouvrier vers celui d'employé. Les discussions dans le Groupe des 10 (où nos porte-parole interprofessionnels rencontrent ceux des employeurs) ne sont pas aisées. Les employeurs ont surtout pour ambition de rogner sur le statut d'employé sans prévoir d'avancée pour les ouvriers. Le SETCa estime que le statut d'employé doit être globalement préservé, tandis qu'il faut supprimer la discrimination légale des ouvriers. Car réaffirmons-le clairement : la Cour européenne n'a jamais précisé que les employés créent une discrimination envers les ouvriers ni que les employés seraient trop protégés. Elle a bien stipulé en revanche que les ouvriers ont trop peu de droits et ne sont pas assez protégés, ce sur quoi nous sommes tout à fait d'accord.

 

L'angle d'approche doit donc être le suivant : meilleure protection pour les ouvriers et pas moins pour les employés.
Notre campagne Votre contrat en danger doit dès lors être poursuivie et le sera.