SETCa > News > Vos pensions méritent notre attention !

18/06/2012 16:37 Imprimer

Vos pensions méritent notre attention !

 

Pouvoir prendre sa pension est un droit fondamental dans notre société. Les récents troubles dans le monde des pensions complémentaires confirment à nouveau, pour le SETCa, l’importance de pensions légales fortes et liées au bien-être. Mais pour nous, ce ne peut être un prétexte pour modifier les dispositions actuelles en matière de pension complémentaire au détriment des travailleurs.

 

Une pension légale forte

Le départ à la pension ne devrait pas s’apparenter à la pauvreté. Et pourtant, c’est le cas pour de nombreuses personnes âgées. Cette situation est due en grande partie au faible niveau de nos pensions légales, le « premier pilier ». Le fossé est large entre le dernier salaire perçu et la pension légale que vous recevrez. En moyenne, la pension légale représente en net un peu plus de 60% du dernier salaire obtenu, mais pour de nombreux employés et cadres, le fossé est encore bien plus grand.

 

Des allocations liées à l’évolution du bien-être, un droit !

Les pensions ‘moyennes’ sont faibles, les pensions minimums avoisinent même le seuil de pauvreté. La raison ? Pendant presque vingt ans, notre pays n’a pas adapté les allocations à la prospérité croissante. Il en a résulté une régression insidieuse au niveau des allocations (pensions, chômage, invalidité…), celles-ci ne protégeant plus contre la pauvreté.
Grâce aux actions syndicales de la FGTB, une enveloppe est prévue tous les 2 ans, depuis 2004, pour l’augmentation des allocations. Elle permet d’effectuer – certes lentement – une indispensable opération de rattrapage. Les interlocuteurs sociaux doivent formuler un avis sur le sujet au Gouvernement. Cette fois, celui-ci a fortement réduit l’enveloppe. Voilà qui ne témoigne pas d’une politique sociale !

Cette année, un avis doit également être remis pour le 15 septembre. Reste à savoir s’il sera pris en compte, sachant qu’il y a deux ans, les employeurs l’avaient bloqué. Ils voulaient ce faisant lier l’octroi des montants (fixés) aux négociations salariales. Soit ni plus ni moins qu’une forme de chantage pour forcer une discipline salariale en échange d’augmentations déjà budgétisées des allocations. Ils semblent vouloir réitérer ce petit jeu cette année aussi. La FGTB prépare d’ores et déjà une action le 14 septembre pour dénoncer cette situation : le SETCa la soutiendra pleinement !

 

2e pilier ?

Une autre facette de la pension, le deuxième pilier, a elle aussi fait l’actualité ces dernières semaines. Assureurs et fonds de pension, influencés par la situation économique difficile, auraient du mal à atteindre les rendements légalement obligatoires (voir Rupture de contrat en perspective ? ). Dans ce cas de figure, il appartiendrait aux employeurs ou aux assureurs de faire l’appoint. Assuralia (la fédération patronale des entreprises d’assurance) a dès lors demandé de revoir ces rendements garantis à la baisse.

Du côté des autorités de contrôle compétentes, la situation n’est pas aussi inquiétante que la dépeignent les assureurs et les employeurs. Le faible taux d’intérêt actuel n’est pas une raison de paniquer. Nous n’en sommes pas encore au point des Pays-Bas où l’on voit baisser le montant des pensions.

Pour nous, c’est clair. Il ne peut être question de réviser les rendements garantis : il s’agit d’un engagement envers 1,5 million de travailleurs. Une modification unilatérale serait synonyme d’une rupture de contrat. En outre, les assureurs et les fonds ont eu suffisamment l’occasion d’acquérir de beaux revenus lors d’années plus prospères. L’objectif du taux d’intérêt garanti est aussi d’offrir aux travailleurs une forme de sécurité après leur pension.

Le secteur des assurances-pension sera bientôt soumis à des règles plus strictes sur le capital. Il se pourrait bien que tout ce débat sonne le début d’une campagne des employeurs pour tirer cette augmentation de capital de la poche des travailleurs. Par exemple en abaissant le rendement garanti. Le ministre Van Quickenborne rejette actuellement une adaptation des rendements, mais laisse clairement la porte ouverte à une ‘concertation’ sur le sujet à l’avenir.

Le SETCa est conscient que de nombreux employés et cadres ont, de cette manière, constitué des droits de pension au cours des dernières années. Il garde dès lors leurs intérêts à l’œil !

 

Priorité à la pension légale

Même s’il ne semble pas y avoir de raison de paniquer, ces dernières semaines ont en tout cas fait apparaître clairement que le meilleur système possible pour constituer la pension dans notre pays existe déjà : le premier pilier. Il est le seul à garantir la solidarité et la stabilité. Il s’agit de le renforcer, sans pour autant vouloir ignorer les droits déjà constitués !

 

Pour aller plus loin:  

Premier, deuxième et troisième pilier...
Quelles sont les diffférentes composantes de votre pension ?
Share/Bookmark