SETCa > News > Viols et violences faites aux femmes

29/11/2010 11:33 Imprimer

Viols et violences faites aux femmes: mettons fin à cette guerre silencieuse !


Les 6 et 7 novembre, 500 femmes, membres de UNI et de tous horizons, se sont rassemblées à l’occasion de la 3e conférence des femmes à Nagasaki. Un des thèmes développés à cette occasion a tout particulièrement marqué les participantes au congrès : le recours de la violence envers les femmes comme arme de guerre en République démocratique du Congo. Au travers du récit de ces femmes, aux vies brisées, toutes les congressistes ont convenu que l’on ne pouvait rester sans réagir : le Comité Mondial UNI Femmes a donc voté à l’unanimité en faveur d’une résolution ferme sur l’éradication des violences faites à la femme en temps de guerre et de paix. Un premier pas fort à quelques jours de la Journée Internationale pour l’éradication de la violence envers les femmes ce 25 novembre 2010 suivie de journées d’action internationale du 25/11/2010 au 10/12/2010.

 


Louise Mukonkolé est vice-présidente du Syndicat national des cadres, agents et employés des secteurs des services de la République Démocratique du Congo (SYNCASS). Lors de la conférence des femmes à Nagasaki, elle est intervenue sur le thème de la violence faite aux femmes. En particulier sur l’utilisation des femmes comme arme de guerre. Un témoignage fort, bouleversant et criant de vérité.


Un génocide par la honte !


Louise a décrit le calvaire des femmes congolaises, victimes tout à la fois de la situation politique du pays, de la pauvreté, du niveau l’éducation, des lacunes de la législation et du manque de moyens pour l’appliquer…. Les violences faites aux femmes et les viols y sont malheureusement des pratiques courantes. Dans le contexte de guerre auquel est soumis le pays, des membres des forces armées n’hésitent pas à instrumentaliser la femme, à les enlever et les séquestrer mais aussi à commettre des actes de violence et des abus sexuels particulièrement barbares. « Ils viennent tuer et détruire, car si  c’était seulement pour satisfaire les besoins sexuels, ils ne se mettraient pas à violer des femmes de 86 ans ou des enfants de moins de 11 ans. C’est pour dire qu’ils cherchent à nuire, à détruire ». Il s’agit là d’un phénomène que la syndicaliste connaît bien puisqu’il est particulièrement présent en RDC.


« Ce sont vos enfants qui ont fait cela, essayez de les comprendre »


Louise Mukonkolé a lancé un appel à la communauté internationale afin de lutter contre ce fléau. La lutte contre ces violences faites aux femmes doit constituer à l’avenir un cheval de bataille pour le mouvement syndical. Les connaissances des droits et devoirs en milieu professionnel, la vulgarisation des instruments juridiques et des textes légaux, la lutte contre toute forme de corruption doivent aussi être des points d’action pour demain. 
Lors de la conférence, le comité mondial UNI femmes a voté à l’unanimité en faveur d’une résolution ferme sur l’éradication des violences faites à la femme en temps de guerre et de paix, en RDC en particulier et dans tout pays en crise en général. Trois autres motions relatives aux autres thèmes abordés lors de la conférence ont également été adoptées à l’unanimité. Le SETCa s’engage à tout mettre en œuvre afin de continuer à défendre et promouvoir les droits des femmes au travers de notre action syndicale.