SETCa > News > Tous ensemble, on peut réaliser de grandes choses

09/05/2018 13:39 Imprimer

Tous ensemble, on peut réaliser de grandes choses

Le secteur du non-marchand est particulièrement concerné par cet accord entre la CG et le SETCa. Nous avons donc demandé le point de vue de Nathalie Lionnet, qui a officiellement pris ses fonctions de secrétaire fédérale SETCa pour le Non-marchand depuis le 1er mai et dont nous vous avions présenté le parcours dans un précédent numéro de Syndicats.

 

N.L. « Pour moi, accueillir les ouvriers·ère·s au sein du SETCa est riche de sens. Pour le Non-marchand encore plus, car c’est TOUT le personnel qui participe à la prise en charge et qui rend possible le projet d’établissement : du technicien de surface, à l’informaticien, du personnel d’encadrement ou de soin, aux appuis techniques et logistiques... Pour les bénéficiaires, patients, résidents, il n’y a pas de frontière entre les différents métiers. La cohérence qui existe sur le terrain va ainsi se traduire au cœur de notre organisation. »

 

D’ici le 1er janvier prochain tout au plus, tu seras en charge de négocier face aux représentants des employeurs et aux pouvoir publics pour les ouvrier·ère·s, comme tu le fais depuis le 1er mai pour les employé·e·s et les cadres. Qu’est-ce que cela va changer dans ta façon de défendre les intérêts des travailleurs ?

N.L. « Chaque représentant syndical va désormais pouvoir porter d’une seule et même voix les revendications de l’ensemble des travailleurs du secteur, de l’institution. C’est une force non négligeable dont le Non-marchand a bien besoin. Ce secteur accompagne tout un chacun, à un moment ou à un autre la vie. Pourtant, il n’a pas toujours les moyens de réaliser ses très nombreuses missions sociales, culturelles, de santé publique, éducatives, etc. Travailler dans le Non-marchand, c’est un acte militant, qui mérite d’être reconnu à sa juste valeur.»

 

On suppose que les enjeux sont nombreux dans le secteur, à l’heure des coupes budgétaires ?

N.L. « Oui, et ils sont communs à l’ensemble des travailleurs ! Pressions, burn-out, violence, dévalorisation de certains métiers,... Comme secrétaire fédérale, j’espère profiter des comités professionnels pour réfléchir sur ces thématiques de fond, pour entretenir notre capacité à nous indigner et pour défendre des solutions qui ont un impact positif sur nos métiers et la société. »

 

On peut dire qu’entre le non-marchand, et toi c’est une histoire d’amour ?

N.L. « J’y suis tombée depuis mes études d’infirmière, à 18 ans. J’aime à penser que là où tu peux faire bouger les choses pour améliorer la vie de tes patients, de tes bénéficiaires, de tes usagers, et celle de tes collègues, tu dois le faire. Un petit succès après l’autre. C’est comme cela que je suis devenue déléguée. Depuis lors, au fil de mon parcours syndical, ma ‘famille’ s’est élargie au même titre que mon champ d’action : des collègues de mon institution, puis des travailleurs de mon secteur au niveau régional, aujourd’hui au niveau fédéral, et demain, avec les collègues ouvriers. J’espère pouvoir faire positivement la différence pour chacun ! Je suis certaine que tous ensemble, on peut réaliser de grandes choses. »

Share/Bookmark