SETCa > News > Partout en Europe, les syndicats mènent le même combat

09/12/2015 09:54 Imprimer

Partout en Europe, les syndicats mènent le même combat

 
Partout, les conservateurs de droite abusent de la crise pour imposer un agenda antisocial. Ainsi, dans l’Europe du Sud et en Irlande, la Troïka a provoqué un véritable raz-de-marée social. Ce que l’on connaît moins en revanche, ce sont les lois antisyndicales en Europe de l’Est. En Hongrie par exemple, les syndicats ont été sérieusement muselés. En bref, il y a un schéma commun. Partout, la crise est invoquée abusivement. Il est toutefois à noter que dans le Nord de l’Europe aussi, les droits syndicaux sont menacés. Voici un bref aperçu.


Trade Union Bill

Le gouvernement conservateur a été réélu récemment au Royaume-Uni. Il est fermement décidé à restreindre les droits syndicaux par le biais du tristement célèbre « Trade Union Bill ». Les intérimaires pourraient désormais être loués pour briser les grèves, les grèves devraient être annoncées deux semaines à l’avance et de stricts quotas de vote seraient à présent d’application. Cerise sur le gâteau : le temps libéré pour les délégués sera réduit lui aussi. Le SETCa appelle dès lors ses affiliés à signer une pétition organisée par le syndicat faîtier britannique TUC. Le projet de loi doit en effet encore être approuvé par le parlement britannique.


L’Espagne retourne à l’époque de Franco

Les acquis syndicaux sont toutefois aussi sous pression en Espagne. Le droit de grève est de plus en plus en ligne de mire. D’après les estimations, quelque 300 syndicalistes risquent des poursuites pénales pour avoir participé à des actions de grève au cours des cinq dernières années. Le pays risque de la sorte de replonger dans l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Pour couronner le tout, la loi « bâillon » a également été réintroduite récemment, elle permet d’engager des poursuites contre toute protestation citoyenne pacifique.


Les « Vrais Finlandais » contre les syndicats

En Finlande aussi, les droits sociaux et syndicaux sont sous pression. Une nouvelle coalition de droite – qui comprend le parti nationaliste des Vrais Finlandais – veut même supprimer un jour de congé officiel. En outre, de très nombreuses lois censées décourager l’affiliation à un syndicat voient le jour. Les syndicats faîtiers finlandais mènent des actions à l’aide du hashtag #STOP sur Twitter. Ici aussi, une pétition peut être signée.


Le même combat, partout en Europe

L’exemple finlandais, en particulier, indique que même les États-providence développés ne sont pas à l’abri des attaques de la droite européenne. En Belgique aussi, le droit de grève est mis sous pression par les plaidoyers en faveur d’un service minimum. Cela démontre une fois de plus que nous avons besoin d’une stratégie européenne unie et solidaire contre les forces de la régression sociale. Voilà ce que plaidera le SETCa auprès des organisations faîtières européennes auxquelles il est affilié, car c’est plus que jamais indispensable. En effet, seule la solidarité nous rend forts.

Share/Bookmark