SETCa > News > Ne pas payer deux fois la crise : la prépension

26/10/2011 15:28 Imprimer

Ne pas payer deux fois la crise

La prépension

 

  • Ce n'est en fait pas une prépension, mais un licenciement « plus soft » : Vous recevez une allocation de chômage avec un complément payé par le dernier employeur.
  • Un prépensionné 'coûte' à la collectivité moins qu'un chômeur, notamment parce que l'employeur paie des impôts sur le complément.
  • De très nombreux prépensionnés doivent rester disponibles pour un travail éventuel (jusque 58 ans actuellement).
  • C'est une manière de faire de la place pour les jeunes dans les entreprises puisque le remplacement obligatoire est la règle (à 58 ans). Pour rappel, en Belgique, en moyenne, un jeune sur cinq de moins de 25 ans est sans emploi.

 

 

Actuellement:
  • Vous pouvez partir en prépension à 52 ans dans une entreprise en restructuration si le ministre le permet. Ensuite, vous êtes bien « accompagné »afin de retrouver un emploi (jusque 58 ans).
  • A la fin de votre carrière, vous pouvez aussi parfois choisir de partir en prépension à 58 ans ou 56 ans (si vous avez travaillé durant 40 ans), mais cela devient déjà plus strict actuellement.

 

 

À l'avenir ?
  • Même en cas de restructuration, la prépension ne sera possible qu'à partir de 55 ans.
  • En cas de grand « round » de licenciements, les entreprises seraient en pratique, obligées de licencier aussi des jeunes.
  • Dans les autres cas, avoir droit à une prépension à 58 ans deviendra impossible, il faudra avoir travaillé 40 ans et avoir atteint l’âge de 60 ans. Les périodes de prépensions ne seront plus valorisées de la même façon pour votre pension.

 

 

Share/Bookmark