SETCa > News > Mestdagh : un combat intense

29/10/2018 16:39 Imprimer

Ces derniers jours ont été marqués par des confrontations très dures chez Mestdagh entre direction et syndicats. Pour rappel, depuis que l’entreprise a annoncé la mise en place d’un plan de restructuration en mai dernier, les discussions en vue de conclure un plan social s’éternisent. Le contexte est difficile : la direction campe strictement sur ses positions et voudrait imposer une nouvelle organisation de travail  aux travailleurs qui restent. A la clé, une polyvalence exacerbée. Par ailleurs, il y a urgence pour les travailleurs qui quitteraient le groupe puisque les régimes de RCC à partir de 56 ans ne sont possibles que jusque fin 2018... Retour sur un combat admirable et sur une véritable guerre des nerfs avec Myriam Delmée, Vice-Présidente et Catherine Roisin, secrétaire permanente SETCa.

 

Vous étiez toutes deux à la table des négociations ces derniers mois. Peut-on dire que Mestdagh bat certains records ?

Catherine Roisin : « C’est certain ! Ces derniers mois, il y a eu 5 conseils d’entreprise, 7 réunions de négociations et 2 réunions de conciliation en vue d’aboutir à un accord social. La dernière rencontre en conciliation a duré plus de 23 heures... Nous avons tenu bon pour aller le plus loin possible. Face à nous, une direction odieuse et peu raisonnable. Les discussions des dernières heures ont été extrêmement tendues. »

Myriam Delmée : « Il faut également souligner le combat des travailleurs sur le terrain pour faire entendre leurs voix. Ils ont tenu plusieurs journées de grève. Cela fait des mois qu’ils sont dans l’attente. Ils veulent de la clarté et le temps presse. On a le sentiment que la stratégie de la direction a été de jouer la montre jusqu’au bout. »

 

Un texte est aujourd’hui sur la table et ce sera à la base de décider... Comment qualifieriez-vous son contenu?

M.D. : « Nous sommes face à une direction particulièrement psycho rigide et inhumaine. L’accouchement de ce texte s’est fait dans la douleur. Nous avons discuté de tous les aspects avec la direction et notamment ceux plus problématiques liés à l’augmentation de la polyvalence. Nous avons obtenu un encadrement sur un certain nombre de choses, d’autres points ont dû faire l’objet d’un compromis... »

C.R. : « Ce sera effectivement aux travailleurs de décider s’ils peuvent se retrouver dans ce texte. Dans les prochains jours, nous allons tenir des assemblées de personnel afin de les informer sur le contenu du texte. C’est l’avenir de leurs conditions de travail qui est en jeu. Une chose est sûre : ce combat chez Mestdagh restera dans les mémoires. »

 

Share/Bookmark