SETCa > News > ING : le travail syndical a payé

12/04/2017 11:08 Imprimer

ING : le travail syndical a payé

 

Depuis l’annonce faite par la direction d’ING concernant son fameux plan de restructuration, six mois se sont écoulés. La première phase d’information et de consultation prévue dans la loi Renault en cas de restructuration vient officiellement de se clôturer. Au terme d’un long parcours de négociations entre les syndicats et la direction, un accord a pu voir le jour. Et entre ce qui était envisagé à l’automne dernier dans le plan des dirigeants d’ING et ce qui sera finalement mis en œuvre, les nuances sont importantes. Nous sommes parvenus à conclure un accord global et équilibré portant sur plusieurs volets : l’emploi, la flexibilité, les conditions salariales et la concertation sociale.

Objectif : 7 fois moins de licenciements secs que prévu

En octobre, la direction d’ING avait annoncé la suppression de 3.000 postes d’ici 2021, dont une grande partie de départs dits ‘naturels’ ainsi que 1.700 licenciements secs. Notre priorité était bien évidemment de limiter les pertes d’emplois et nous sommes parvenus à obtenir des améliorations à ce niveau. Les départs seront possibles pour les travailleurs à partir de 55 ans via un système ‘maison’, permettant de maintenir le pourcentage du salaire net entre 60% et 80% (avec octroi du pourcentage le plus élevé pour les salaires les plus bas). La direction a également revu à la baisse le nombre de licenciements secs : elle s’est engagée à ne pas procéder à plus de 932 licenciements secs et d’essayer d’atteindre, via  la concertation sociale, un objectif de maximum 409 licenciements secs. Les départs s’étaleront jusqu’en 2021. Différentes phases successives seront prévues en fonction des réorganisations des différents services.


Jean Michel Cappoen, Secrétaire Général SETCa en charge du secteur Finances, était présent tout au long des discussions à la table des négociations. Pour lui, les équipes syndicales vont avoir un rôle fondamental à jouer à présent : « A travers cet accord, nous lançons la trajectoire à suivre : celle de limiter l’impact social. Ce sera aux délégués d’être vigilants sur le terrain pour s’assurer de la bonne mise en œuvre de ces mesures. Il s’agira aussi d’être à l’écoute du personnel et de l’accompagner dans la nouvelle organisation qui sera mise en place…»

 

Une flexibilité mesurée

Afin de faire face à la concurrence et de répondre à de nouvelles attentes de la clientèle, la direction voulait instaurer une plus grande flexibilité dans les heures d’ouverture des agences et donc dans les horaires de travail. Le plan prévoit la mise en œuvre d’horaires flottants pour certains travailleurs, en tenant compte de leur fonction et des besoins de l’organisation. L’accord prévoit une compensation salariale pour les heures prestées le samedi et/ou après 18h.


Un nouveau Reward Model

Le troisième volet de l’accord porte sur le système salarial : celui-ci a été ‘simplifié’. Auparavant, les travailleurs percevaient un paiement anticipé de leur salaire. Celui-ci sera à présent versé à terme échu. Certaines primes de compensation ont été négociées et vont être octroyées afin de faire le pont entre les deux échéances de paiement. Des mesures plus spécifiques sont également prévues pour les salaires variables. Il est important de souligner que le système a été réformé sans que les travailleurs subissent une quelconque modération salariale.


La garantie d’un fonctionnement syndical de qualité

La direction s’est également engagée à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour assurer la poursuite d’une concertation sociale optimale et que les délégués puissent continuer à effectuer leur job correctement. Comme le souligne Pia Desmet, Secrétaire Fédérale SETCa en charge des finances : « Dans ce dossier, la ténacité des équipes syndicales ainsi que le travail acharné en front commun ont payé et ont permis d’aboutir à un accord social satisfaisant. A chaque étape importante des discussions, les délégués SETCa ont mis en œuvre toute leur énergie pour informer les travailleurs de ce qui se tramait en coulisses. Ils ont communiqué en permanence avec le personnel via une newsletter, la publication de tracts, etc. »


A présent, le travail syndical de terrain va continuer. Les travailleurs peuvent bien sûr compter sur les équipes SETCa pour défendre au mieux leurs droits et leurs intérêts !

Share/Bookmark