SETCa > News > « Mon stress a diminué de moitié depuis que je n’ai plus de voiture » | Entretien avec Jan Piet Bauwens sur le travail et la mobilité

24/11/2015 14:41 Imprimer

Jan-Piet Bauwens | Entretien sur le travail et la mobilité :

«Mon stress a diminué de moitié depuis que je n’ai plus de voiture»


Practice what you preach. Faites également ce que vous dites. Tel est certainement le cas de Jan-Piet Bauwens lorsqu’il s’agit de promouvoir le vélo. Lorsqu’il est devenu secrétaire fédéral SETCa pour le Non-marchand flamand il y a cinq ans, Jan-Piet a abandonné sa voiture de société. Depuis, il fait tout à vélo et par les transports en commun. Entretien sur le travail et la mobilité…
 

Jean-Piet Bauwens : « J’habite à Bruxelles et depuis 5 ans, j’y travaille aussi. J’ai choisi à l’époque de tout faire à vélo et par les transports en commun. Je n’habite, il est vrai, qu’à 9 km du siège du SETCa. Je ne possède donc plus de voiture et quel est mon constat ? Depuis, mon stress a diminué de moitié. »


Est-ce faisable ?


JPB : « Tout à fait, si vous combinez intelligemment les transports en commun et le vélo. Le SETCa a également pris pour moi un abonnement à Cambio, le service de carsharing, pour le cas où j’ai accessoirement besoin d’une voiture. A Bruxelles, on peut facilement se débrouiller jusqu’à minuit sans voiture. Après, les transports en commun tombent à l’arrêt. Cela démontre aussi directement l’importance de transports publics forts comme solution au problème de mobilité. »
Et cela fonctionne aussi pour votre travail ?


JPB : « Certainement. Je dirais même plus : je suis souvent le seul qui arrive à l’heure aux réunions. Dans une grande ville comme Bruxelles, le vélo s’avère en fait le seul moyen de transport fiable si vous devez arriver à temps. En voiture, vous êtes toujours bien bloqué quelque part ou devez chercher une place de parking. Je fais tout avec mon vélo pliable, et je précise directement : j’y suis habitué depuis des années. Je passe aussi toutes mes vacances de la même manière. Parcourir des distances au grand air ne me pose aucun problème. »


Tout le monde ne peut pas le faire évidemment, de nombreuses personnes n’habitent pas vraiment près de leur travail.

JPB : « C’est effectivement le cas. Je ne suis pas anti-voiture non plus, j’en ai eu une moi-même pendant des années et en utilise encore une de temps en temps. Je comprends aussi que la vie des gens n’est pas toujours simple, si vous devez par exemple aller chercher vos 2 garnements à l’école et devez encore passer en vitesse au magasin, sous peine de ne pas avoir à manger le soir…”.


« Je suis convaincu malgré tout que de nombreuses personnes doivent simplement effectuer un switch mental : pourquoi ne pas sortir une fois ce vélo du garage et vous vous en porterez tellement mieux. »

   

Share/Bookmark