SETCa > News > En bref | septembre2015

13/09/2016 11:54 Imprimer

 

GlaxoSmithKline | Wavre | Des employés des sites de Wavre et Rixensart ont débrayé les 3 et 4/9 pour protester contre la volonté de la direction d’imposer de nouveaux objectifs individuels suivis d’une évaluation unilatérale à 3.200 employés. Cette décision mettrait une pression énorme sur le personnel. Une réunion de conciliation au ministère de l'Emploi s’est tenue le 8/9.


Bosal | Oevel | La direction de l’usine (pots d’échappement et tuyaux) a été déclarée en faillite le 1/9. La direction avait déposé le bilan la veille, estimant qu'il n'y avait aucune possibilité de reprise. Sous le choc, les 352 travailleurs n’ont pas pris leur service. Le SETCa dénonce le fait que la direction a choisi la voie la plus  irresponsable vis-à-vis de ses salariés et envisage toujours la piste d’une reprise d'une partie des activités. Cette faillite ne devrait pas avoir d’impact sur le site de Lummen (Limbourg).


The Phone House | Suite au rachat de l’entreprise par Proximus en juin dernier, la liste des magasins qui fermeront leurs portes d’ici décembre 2015 est connue. Cette vingtaine de fermetures ne devrait pas entrainer de licenciements : le personnel des magasins concernés intégrera les Proximus shops.


Auto 5 | Liège | Samedi 5/9, la station Auto 5 de Herstal est restée fermée. Les travailleurs ont ainsi marqué leur désaccord suite à deux nouveaux licenciements survenus la veille à Herstal et Rocourt. En juillet dernier, les travailleurs avaient déjà débrayé pour soutenir le manager du site de Flémalle, victime du même scenario. Le délégués tirent la sonnette d’alarme « Nous avons l’impression qu’un grand nettoyage dans le personnel est en train de s’opérer mais qu’il se fait par petites touches afin d’éviter une réaction trop importante ».


Sonaca | Charleroi | La direction envisage d’externaliser une partie du Département des systèmes informatiques de l’entreprise : une quinzaine d’emplois seraient concernés. Il n’est pas question pour le SETCa que le personnel subisse de telles décisions alors qu’il a  consenti de nombreux efforts pour redresser la productivité.


Pemco | Bruges | Le personnel de l’entreprise chimique Pemco s’est mis en grève durant 2 jours par solidarité avec certains employés licenciés. Grâce à cette action et aux négociations ultérieures, une solution a pu être trouvée.

Share/Bookmark