SETCa > News > En bref | mars 2018

15/03/2018 09:57 Imprimer


CP 330 | Un centaine de militants du SETCA -BBTK, de la CGSP et des autres syndicats a bravé le froid glacial qui régnait ce 26 février pour protester devant le SPF Santé Publique où se tenait une Conférence interministérielle. Au programme : la réforme le paysage hospitalier belge. Pour rappel, cette mesure, portée par la ministre Maggie De Block, prévoit la réforme du financement des soins de santé (entendez :  faire plus avec moins) et la mise « en réseau » des établissements hospitaliers, ce qui impliquerait le déplacement d’activités entre hôpitaux. Suite au refus de la Ministre De Block de nous recevoir, les militants ont envahi le hall du SPF Santé. Le Cabinet De Block a finalement consenti à nous accorder une entrevue.  Si nous n’avons pas de quoi être rassurés par la teneur du propos, l’action aura eu au moins le mérite de forcer les différents ministres et particulièrement la ministre De Block à devoir prendre compte la question de l’emploi et de manière plus générale les aspects sociaux concernant le personnel. Rien ne serait encore figé, la Conférence interministérielle avait apparemment pour objectif d’entendre les points de vue de chaque Entité. Affaire à suivre donc.

 

Château de Limelette: Le tribunal de commerce du Brabant Wallon a finalement déclaré la faillite et nommé un curateur afin de prendre celle-ci en charge. Pour les 26 travailleurs qui y étaient occupés, la colère et la déception sont grandes. Depuis des mois, ceux-ci dénonçaient les dysfonctionnement au sein de l’établissement et les conditions de travail déplorables dans lesquelles ils se trouvaient.

 

YPTO : L’inquiétude est grande depuis que la direction a annoncé qu’une partie des activités informatiques fournies par le personnel d’YPTO à la SNCB vont faire l’objet d’un appel d’offre public. Jusqu’à présent, les demandes des organisations syndicales pour discuter d’une convention collective autour de la sécurité d’emploi ont été rejetées. Les représentants des travailleurs ont déposé un préavis de grève.

 

Delhaize : le groupe vient de publier ses derniers résultats et ceux-ci ne sont pas faramineux. La direction d’Ahold Delhaize a annoncé qu’ils travaillaient sur un nouveau plan stratégique qui devrait voir le jour d’ici juin 2018. Ce plan vise à développer l’innovation dans les points de vente et à modifier la perception des clients sur les prix (perçus comme plus chers qu’auprès d’autres concurrents).

 

Ecole supérieure des Arts :  Vous êtes enseignant au sein d’un établissement des Ecoles supérieures des Arts? Vous vous posez des questions sur vos conditions de travail ou votre rémunération ? Consultez notre brochure ‘Vos Droits’ consacrée au secteur sur www.setca.org/sel

 

Indexations en mars 2018 : ce mois-ci, les salaires des travailleurs deux commissions paritaires du secteur finances  sont indexés : la CP 309 (sociétés de bourse) et CP 310 (banques). Plus d’infos sur www.setca.org/index 

 

Coca-Cola : le géant mondial fête ses 90 ans d’existence en Belgique. Pour les travailleurs, cet anniversaire a plutôt un goût amer : en effet, nous « célébrons » aussi la 15ème année de licenciements à la chaîne du personnel en Belgique ainsi que la 26ème restructuration. Il y a plusieurs mois, la direction a encore annoncé 79 nouvelles pertes d’emplois. Des négociations sont en cours et le dialogue avec la direction s’avère extrêmement difficile. Les travailleurs dénoncent depuis longtemps la dégradation de leurs conditions de travail et notamment l’augmentation toujours plus forte de la charge de travail. Alors que celle-ci est déjà insoutenable pour le personnel en place, la direction souhaite encore l’intensifier en introduisant une plus grande flexibilité.

 

RTL Belgium : la direction et les syndicats sont parvenus à un accord sur les conditions de départ du personnel licencié.  Celui-ci prévoit 88 départs (au lieu des 105 pertes d'emploi annoncées avant le début de la procédure "Renault"). Ces départs concerneront tant des pigistes que des salariés. Les représentants du personnel regrettent la mise en œuvre de ce plan d’économies et de transformation imposé par la direction et ce, alors que le groupe est bénéficiaire. Ils estiment cependant que l’accord social qui a finalement pu être négocié (et notamment les conditions de départ) peuvent être considérés comme satisfaisants tant au niveau financier qu’en matière d’accompagnement ou de prise en compte des avantages antérieurs.  Le plan social a été approuvé à la quasi-unanimité par le personnel lors d’une assemblée générale.

Share/Bookmark