SETCa > News > En bref juin 2018

12/06/2018 14:30 Imprimer

Le Roi du matelas | Commerce :  Après avoir été injustement licencié, un travailleur a dénoncé le manque de respect à son égard (notamment des agressions verbales) et le fait de ne pas avoir pu faire appel à l’assistance syndicale. Il a ensuite été victime de violences physiques de la part du gérant. Le SETCa dénonce cette attitude inacceptable et attend une réaction de la direction, qui a jusqu’à présent boudé nos demandes de dialogue social. Une conciliation auprès de la commission paritaire a été demandée. Nous ne manquerons pas de vous informer.

Match SA | Commerce :  L’entreprise ne respecte ni les règles prévues dans le règlement de travail ni celles du secteur et d’autre part, ne tient pas compte de la législation sur le travail du dimanche concernant les heures d’ouverture des magasins. Le 22 mai, une conciliation s’est tenue au ministère de l’emploi entre les organisations syndicales et la direction. La direction s’est engagée sur un certain nombre de points essentiels.

Secteur Non Marchand Wallonie – Bruxelles | Ce 30 mai 2018, les interlocuteurs sociaux ont enfin signé l’accord social 2017 – 2019 en FWB. Les moyens budgétaires prévus sont de 15 millions en 2018 et 25 millions en 2019. L’accord vise principalement à faire progresser de manière harmonisée les barèmes des secteurs visés le socioculturel, l'aide à la jeunesse, SOS Enfants, les milieux d'accueil de l'enfance, les services d'accueil spécialisé, les services d’accueil d’enfants malades à domicile et des opérateurs d’accueil extrascolaire, les services de promotion de la santé à l’école, les partenaires apportant de l'aide aux justiciables)vers des barèmes cibles. Cet accord sera concrétisé dans des CCT qui doivent être signées dans les commissions paritaires concernées. La situation barémique des personnes concernées devrait être régularisée en juillet 2018.

KBC | Finances : Le SETCa n’est pas d’accord avec la CCT « flexibilité et sécurité d’emploi » proposée. Elle se décline en deux volets : flexibilité et emploi. En ce qui concerne la flexibilité, un beau résultat a été enregistré, mais pour le volet emploi, il est vite apparu que nos préoccupations et revendications se heurtaient à un « niet » de la direction. La clause de sécurité d’emploi proposée suscite l’insécurité chez le personnel, d’autant plus qu’elle prévoit un mécanisme de départ volontaire et des tas d’autres mécanismes de départ. KBC reconnaît que l’emploi va baisser et que la réaffectation de groupes de membres du personnel sera plus difficile à l’avenir. Selon le SETCa, la moindre sécurité d’emploi est une mauvaise réponse à ces défis.

Axalta | Industrie | Malines : Un accord social a été trouvé dans l’entreprise de revêtements. Il prévoit notamment des délais de préavis harmonisés entre ouvriers et employés, des primes de départ fixes par année d’ancienneté entamée (avec une prime supplémentaire pour les plus de 45 ans) et la possibilité pour chacun de recourir à un outplacement indépendamment de l’âge ou de la fonction. Le RCC est possible mais non obligatoire. Les travailleurs ne faisant pas partie du premier round de licenciements bénéficient par ailleurs d’une sécurité d’emploi jusqu’en 2020. L’accord est le résultat d’une véritable solidarité entre ouvriers, employés et cadres. De nombreux travailleurs d’Axalta sont occupés dans l’entreprise depuis des années, le coup a été particulièrement dur à encaisser. Des discussions auront encore lieu à propos d’un départ volontaire et d’un système de bonus pour ceux qui restent.

Carrefour | Commerce : A l’heure où nous écrivons ces lignes, les syndicats et la direction ont rédigé un texte de compromis. Le contenu de cette texte sera présenté aux membres du personnel. Plus d’infos suivront dans les prochains jours.

Share/Bookmark