SETCa > News > Malgré la crise, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes !

20/12/2012 13:48 Imprimer

Malgré la crise, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes !


C’est déjà la cinquième année de suite que nous vous souhaitons de bonnes fêtes dans un contexte de crise. Une crise qui semble sans fin. Et pourtant, nous le faisons de tout cœur. Plus que jamais, les jours de fêtes peuvent offrir des moments de repos et de plaisir en famille et entre amis. Le SETCa s’attelle d’ores et déjà pleinement aux défis de 2013. Une année cruciale pour votre statut.


Les épaules les plus solides en réchappent


De nombreux travailleurs le subissent désormais chaque jour : vos droits sont attaqués de toutes parts. C’était déjà apparu fin 2011, lorsqu’il avait été décidé de durcir les règles relatives au départ à la (pré)pension, de démanteler le crédit-temps et de faire baisser plus vite les allocations de chômage dans le temps, voire de les supprimer (à un moment où le chômage augmente!).
Cette année, notre gouvernement a également poursuivi sur la même voie, surtout sous pression d’une Europe de plus en plus asociale. Il a décidé par exemple de limiter à zéro (0) votre augmentation salariale pour les prochaines années, hors indexation et augmentations barémiques.


Des plans sont également dans les cartons pour permettre aux employeurs de modaliser votre durée de travail de manière extrêmement flexible : une semaine de travail de 40 voire même de 42 heures deviendrait ainsi possible sans concertation. Il va de soi que nous nous y opposons pleinement.


Malheureusement, les plus nantis en réchappent cette année aussi. Notre pays reste donc un paradis fiscal pour qui a beaucoup d’argent ou bénéficie de revenus du patrimoine (l’acteur français qui a récemment immigré, Gérard Depardieu, peut tout vous expliquer sur le sujet). Une grande entreprise comme Inbev (connue pour sa Stella et sa Jupiler) a payé en 2011 zéro euro d’impôt sur un bénéfice de 18,5 milliards.


Malgré tout quelques bonnes nouvelles


Que des mauvaises nouvelles ? Heureusement pas. L'indexation automatique des salaires et des allocations sociales est sauvegardée grâce à l’engagement de la FGTB. Reste à voir cependant si l’on ne « tripotera » pas trop l’index… Des solutions seraient également en préparation, par le biais de la concertation, pour une augmentation (limitée) des allocations sociales, bien trop faibles actuellement que pour en vivre dignement. Il est également question d’une petite augmentation, insuffisante donc, des salaires minimums nets.

2013 : attention à votre statut !


Le SETCa, avec la FGTB, continue de croire en la concertation sociale. Mais celle-ci doit offrir des perspectives à tous les travailleurs de ce pays. Si nous constatons que ce n’est pas le cas, nous organiserons la réaction qui s’impose, comme nous l’avons également fait par le passé.


Et la principale mission pour le SETCa en 2013 consistera prioritairement à défendre au maximum vos droits, prévus dans votre statut d’employé. Le calendrier s’arrête-t-il le 7 juillet 2013 pour les employés, comme il le fait le 21 décembre 2012 pour les Mayas ? À cette date, la distinction entre ouvriers et employés dans le cadre du délai de préavis (en cas de licenciement) et du jour de carence (en cas de maladie) doit en effet avoir disparu. C’est ce qu’a décidé le plus haut tribunal de notre pays.
Un nouveau calendrier commence ce 21 décembre pour les Mayas et il en ira de même pour vous et votre statut après le 7 juillet 2013. Les négociations entre employeurs et travailleurs doivent avoir toutes leurs chances. Le SETCa y est préparé, avec de nouvelles propositions qui préserveront au maximum les droits des employés, et feront également progresser les droits des ouvriers. Plus d’infos sur le sujet l’an prochain.


Entre-temps, nous vous souhaitons de tout cœur une excellente fin d’année et une année 2013 empreinte d’équité fiscale et de progrès social !
Share/Bookmark