SETCa > News > Dumping social, dans les secteurs des services également

14/02/2017 12:42 Imprimer

Dumping social, dans les secteurs des services également


Des travailleurs occupés dans notre pays à un tarif étranger « meilleur marché » et coûtant ainsi des emplois : c’est le « dumping social ». Ce phénomène existe également dans les secteurs des services. Pire encore : ceci est légalement autorisé en raison de dispositions internationales ou de portes dérobées dans la législation.


Qu’est-ce que le dumping social ?

Dans les semaines à venir, vous entendrez encore beaucoup le SETCa et la FGTB parler de « dumping social », dans le cadre de la préparation d’une grande action FGTB le 24 mars. Mais de quoi s’agit-il précisément ? Les employés sont-ils également touchés ?


Il existe de très nombreuses formes de dumping social. Les employeurs sont d’ailleurs très inventifs pour compresser les coûts (lisez « les salaires »), afin de continuer à augmenter les bénéfices de l’entreprise. Ce printemps, nous mènerons une action spécifique sur les méthodes inventées par les employeurs pour faire travailler des gens dans notre pays à un moindre coût (correspondant à un pays étranger). Cela s’appelle le « détachement ».


Les employeurs rendent ainsi les travailleurs moins chers, car ils doivent payer les cotisations de sécurité sociale… dans le pays dont ils proviennent (soi-disant). Ils ne doivent pas non plus respecter toutes les conditions de travail et de rémunération d’application pour les travailleurs d’ici.


L’exemple typique est celui des chauffeurs de camions étrangers, qui doivent transporter des marchandises chez nous à des salaires très bas. Il suffit de regarder les plaques d’immatriculation des camions sur nos routes pour le comprendre. Mais des secteurs occupant typiquement des employés sont également touchés, comme ceux de l’IT et de l’aviation. Plusieurs milliers d’emplois sont concernés ici aussi.


Dans les services également

Dans le secteur IT, il existe depuis longtemps déjà une tendance qui consiste à déménager le travail (de programmation) vers d’autres pays. L’Inde en est l’exemple le plus connu. Mais les dernières années, nous constatons de plus en plus souvent un autre mouvement… de programmeurs indiens venant travailler ici, en Belgique. Cela ne devrait pas poser de problème en soi, sauf que ces programmeurs doivent payer leur cotisation de sécurité sociale… en Inde.


Cela entraîne une différence salariale de plus de 10%. Dans les entreprises, nous constatons également que ces gens sont traités de façon lamentable, avec des semaines de 50 à 60 heures. Les heures supplémentaires ? Il n’y en a pas pour eux. Il est clair que ce phénomène coûte des emplois belges. Et que la sécurité sociale belge y perd de l’argent. Cela fait déjà des années que le SETCa et la FGTB dénoncent cette situation.


Car aussi inimaginable que cela paraisse, c’est légal. Ceci, parce que l’État belge a conclu à cet égard un accord avec l’Inde, stipulant qu’un travailleur indien travaillant moins de 5 ans dans notre pays doit payer des cotisations de sécurité sociale… en Inde.


Nous trouvons un autre exemple de dumping social dans le secteur de l’aviation. Toute personne travaillant dans le secteur des transports, donc également le personnel navigant, est soumise à la règle selon laquelle il faut suivre les règles de travail de son lieu d’occupation normal. Pour le personnel navigant, il s’agit en l’occurrence de « l’aéroport principal » où l’on commence à travailler et où l’on atterrit à nouveau en fin de compte.


Seulement, de nombreuses compagnies aériennes prennent cette règle un peu à la légère. On connaît de nombreux cas de pilotes ou de personnel de bord volant depuis un aéroport belge… avec un contrat de travail irlandais. À nouveau, la cotisation de sécurité sociale de ces travailleurs part à l’étranger et ils travaillent à de moins bonnes conditions que celles normalement en vigueur en Belgique.


Et maintenant ?

Le SETCa et la FGTB s’opposent à cette logique depuis des années. Mais au niveau politique, il ne se passe pratiquement rien. Au contraire : les tentatives de durcir les règles (européennes) sont contrées et les services d’inspection sociale sont contraints au silence. Entre-temps, la sécurité sociale saigne, des emplois sont perdus et notre pays connaît une pression à la baisse sur les conditions de travail et de rémunération. Le 24 mars, nous mènerons déjà une action à ce sujet, et dans les semaines à venir, nous fournirons des exemples et récits concrets.


Vous aussi, vous pouvez aider : vous connaissez des cas de dumping social ? Il en est question dans votre entreprise ? Faites-le-nous savoir depuis votre adresse électronique privée en écrivant à dumpingsocial@setca-fgtb.be Ensemble, on est plus forts !

Share/Bookmark