SETCa > News > Dis maman, demain, ta vie aussi elle sera partielle ? (- 2)

27/01/2016 11:15 Imprimer

Dis maman, demain, ta vie aussi elle sera partielle? (-2)

 

Flou sur les horaires, haro sur la flexibilité

Actuellement, le règlement de travail doit reprendre, pour chaque régime de travail à temps partiel, l’heure de début et de fin de la journée de travail, le moment et la durée des pauses ainsi que les jours d’interruption régulière du travail. Le gouvernement propose de ne plus reprendre autant de précisions dans le règlement de travail mais de passer à une « fourchette » ou à une variabilité délimitée.


Un autre changement important concerne la communication des horaires. Aujourd’hui, (même dans le cas d’un régime de travail variable) les travailleurs doivent connaître leurs horaires de travail précis au minimum 5 jours à l’avance. Dans de nombreuses commissions paritaires, ces délais ont même été augmentés. Demain, ces informations seront portées à la connaissance du travailleur…la veille ! Une situation ingérable.


Le projet du gouvernement prévoit encore que les dérogations sectorielles rendues obligatoires ne pourront plus exister. Là où le dialogue social au niveau sectoriel nous avait permis de mettre en place une certaine stabilité dans l’affichage des horaires, demain, le gouvernement balaiera tout cela d’un revers de la main.


Sursalaire pour les heures complémentaires : fini !

A présent, un travailleur à temps partiel à horaire variable qui effectue des heures en plus que son régime de travail n’a pas de sursalaire pour les trois premières heures par semaine. Mais au-delà, un sursalaire est dû. Nos responsables politiques envisagent également de faire sauter ce plafond…. En pratique, seul le sursalaire au-delà du temps plein sera dû. Une belle économie pour les employeurs mais qui ne permettra pas pour autant aux temps partiels d’accéder enfin à un temps plein.

Hyperflexibiliser le marché du travail

Parallèlement, le gouvernement a d’autres projets dans ses tiroirs : il envisage d’étendre les flexijobs (déjà applicables à l’Horeca) au secteur du commerce et l’élargir le travail étudiant (en passant d’un nombre de jours de prestations à un nombre d’heures). On imagine aisément ce que ceci donnera sur le terrain… Comment un travailleur à temps partiel pourrait-il décrocher des heures en plus et accéder enfin à un temps plein quand les employeurs peuvent avoir recours à des étudiants et des travailleurs en flexijobs, modulables à souhait et tellement moins chers ?


Temps partiel, vie partielle ?

Si « Jobs, jobs, jobs » est le refrain chanté régulièrement par le gouvernement, il semblerait que celui-ci ne vise en fait qu’à créer des emplois précaires et flexibles. Nous dénonçons fermement ces nouvelles atteintes à l’encontre des travailleurs à temps partiel. Pour le SETCa, les mesures envisagées sont inacceptables.  Elles ne feront que précariser, déréguler et enfermer les travailleurs dans le temps partiel et dans un système qui laisse peu de marge pour s’en sortir et mener une vie ‘normale’.


Dans les faits, une telle variabilité rend impossible le fait de cumuler deux emplois. Impossible de concilier sereinement vie privée et vie professionnelle. Impossible de gérer sa vie de famille de façon stable. Impossible de faire de vrais projets d’avenir. Impossible de ne pas avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

   
Share/Bookmark