SETCa > News > Crise politique : les travailleurs du Non Marchand, pris en otage?

07/07/2017 14:07 Imprimer

Crise politique dans les 3 Entités francophones :


Les travailleurs du Non Marchand, pris en otage ?

 

La rupture de l’accord de coalition au sein des gouvernements francophones a plongé les trois Entités francophones (que sont les Régions wallonne et bruxelloise et la Fédération Wallonie-Bruxelles) dans une situation de blocage. Il s’agit là d’une situation qui n’est absolument pas profitable, ni pour les citoyens ni pour les travailleurs.

 

Cette crise politique a signé, de facto, la mise au placard des nombreux dossiers en cours pour le secteur du Non Marchand tant au niveau de la région Wallonne et Bruxelloise qu’au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’agit par exemple de la Réforme des aides à l’emploi, la régionalisation des maisons de repos et des allocations familiales, des négociations en vue d’un accord social dans les différentes entités, la réforme de l’aide à la jeunes, de l’accueil de l’enfance, la statut de salarié des accueillantes conventionnées, etc. Les annulations de réunions s’enchaînent et l’immobilisme politique guette, à tous les étages. Le travail effectué ces derniers mois avait péniblement permis d’aboutir à des promesses, voire à certains engagements. Tout ceci risque plus que vraisemblablement de passer à la trappe.

Pour protester contre cette situation terriblement dénigrante pour les travailleurs, le secteur Non Marchand francophone du SETCa a tenu une action surprise ce 29 juin devant le siège de la Fédération Wallonie Bruxelles. Les militants ont passé symboliquement en revue, un par un, les dossiers en cours et ont rappelé leurs responsabilités aux mandataires politiques des trois entités concernées. Une action « coup de poing » pour exiger la poursuite d’une gouvernance permettant de concrétiser l’ensemble des dossiers en chantier.

Le SETCa exige que la classe politique, dans son ensemble, se remette au travail sans attendre. Par la porte ou par la fenêtre, les dossiers en cours doivent continuer d’avancer. Il n’est pas question que l’avenir des dizaines de milliers de travailleurs du Non Marchand et les nombreux bénéficiaires concernés par leurs services soient pris en otage, le temps que se trame le petit jeu politico-politicien.

Share/Bookmark