SETCa > News > 25 mai : votez pour votre avenir, votez à gauche!

19/05/2014 13:41 Imprimer

25 mai : votez pour votre avenir, votez à gauche !


Le 25 mai, vous vous rendrez aux urnes. C’est essentiel que chaque électeur exerce son droit au vote et soit ainsi acteur de son avenir. En notre qualité de président et vice-présidente du SETCa, nous vous demandons qu’au moment de choisir, vous prêtiez attention à votre modèle de bien-être social. Maintenir ce modèle et l’améliorer, voilà l’enjeu de ce scrutin. C’est la valeur de votre voix !


La droite à l’attaque

Et cette voix, nous, travailleurs et allocataires sociaux en avons besoin. Car certains partis ont clairement pris d’assaut notre modèle social. Ainsi, d’aucuns veulent, de manière voilée ou non, supprimer l’index. Pour rappel, c’est l’indexation automatique qui garantit qu’avec votre salaire, vous puissiez achetez les même produits, l’année d’après malgré l’augmentation de prix de ceux-ci. Plaider pour la suppression de l’index s’apparente en fait à plaider pour l’appauvrissement des travailleurs et allocataires sociaux.


Ce ne sont pas les travailleurs ou les allocataires sociaux qui doivent faire des sacrifices. Une étude récente (voir ci-joint) a fait apparaître que les dix pour cent des Belges les plus riches sont 254 fois plus riches que les 10 pour cent des plus pauvres. En bref, la fortune est immense au sommet des plus riches de notre société. Et ces derniers ne contribuent pas assez, ce qui n’est pas juste. Ceci, parce que la Belgique est un paradis fiscal en termes d’impôt sur la fortune et sur les revenus qui en découlent. Et pourtant, certains partis de droite s’opposent à un tel impôt sur la fortune. Au contraire, ils plaident pour une augmentation de la TVA. Ce qui engendrerait une augmentation de tous les prix, qui conjuguée à une suppression de l’index serait dramatique pour les moins bien nantis…


Notre modèle social repose sur la solidarité. En d’autres termes, celui qui joue de malchance peut compter sur du soutien. La perte d’un emploi est l’un de ces risques. Chacun espère ne pas en arriver là, mais peut, un jour, y être confronté. Actuellement, les demandeurs d’emploi sont « suivis » et « accompagnés » dans leur recherche d’un emploi. Comme si ces travailleurs étaient des fraudeurs, des gens qui ne chercheraient pas d’emploi à suffisance seuls.


Le plus souvent, cet emploi n’existe tout bonnement pas. Pour chaque emploi, il y a  en moyenne 7 demandeurs d’emplois. Ce chiffre s’élève dans certaines régions à 1 emploi pour 25 ou 30 demandeurs d’emplois. La suppression de l’allocation de chômage après deux ans, comme le suggèrent certains partis, est dès lors une proposition extrêmement injuste. Être au chômage n’est pas une partie de plaisir, encore moins un choix. Cela sera-t-il, à l’avenir, synonyme de pauvreté et d’exclusion? Pour la droite, oui !


Comme syndicats, nous sommes actifs chaque jour dans la concertation sociale. Nous le faisons dans votre intérêt, pour tous les travailleurs. Les accords que signent syndicats et employeurs sont des filets de sécurité qui protègent les travailleurs lorsque les temps sont durs. Lorsque tout va bien, les CCT permettent une juste progression pour tous, également pour les travailleurs moins bien lotis.


Mais ici aussi, la droite est passée à l’offensive. Elle préfèrerait que ces conventions ne soient plus conclues au niveau interprofessionnel. Et les entreprises devraient pouvoir se soustraire aux CCT sectorielles. Concrètement : votre entreprise devrait pouvoir enfreindre le salaire minimum du secteur. Résultat : chacun serait seul face à son employeur lorsqu’il s’agit des conditions de travail et de rémunération. Les syndicats, qui défendent les intérêts des travailleurs comme groupe, seraient ainsi totalement hors-jeu, ce qui défavoriserait surtout les travailleurs les plus faibles.


Votez pour votre bien-être social

Si vous voulez conserver – et améliorer – votre bien-être social, vous avez le choix le 25 mai.

Vous pouvez voter à gauche, pour endiguer une politique de démantèlement de droite. Pour le progrès social et une économie durable.


Et nous comptons sur les partis de gauche qui, demain, feraient partie d’un gouvernement, pour empêcher la régression sociale, favoriser la création d’emplois de qualité, cesser les politiques d’austérité et défendre pleinement le bien-être social accru pour tous!

Share/Bookmark