Ensemble on est plus forts
NL

SETCa > Elections Sociales > Interview Paul Dagnélie

25/03/2008 10:50 Imprimer

Paul Dagnélie : "J'ai pu établir un rapport de force"  


AGC Automotive ♦ Industrie

 

Paul Dagnélie (au milieu, avec deux collègues de travail)

Paul Dagnélie travaille comme employé chez AGC Automotive (Fleurus), une entreprise dans l’industrie du verre. En 2004, il était élu délégué SETCa au conseil d'entreprise. « Mon mandat au CE m'a permis d'avoir une meilleure vision du fonctionnement  industriel, social et financier de la société pour laquelle je travaille. Grâce aux formations du SETCa, j'ai acquis un bagage indispensable pour défendre au mieux l'intérêt des employés. »

 

« Ma participation au CE en compagnie de mes collègues ouvriers a créé des liens qui permettent d'établir un rapport  de force, utile, lors de certaines négociations. Malheureusement, le conseil d'entreprise est aussi l'organe d'information officiel, qui annonce les catastrophes sociales… »

 

Pour Paul, les choses ne se sont pas passées sans turbulences. « En décembre 2004, la direction nous a plongé dans une restructuration fort sévère. A l’époque, l’importance des licenciements nous a surpris. Un démarrage syndical sur les chapeaux de roue. Lors de la deuxième restructuration, en mars 2007, le front syndical était beaucoup mieux préparé. »

 

C'est lors des CE que les délégués ont la possibilité d'officialiser ce qu’ils négocient en délégation syndicale. Paul continue: « Dès l’annonce de nouvelles restructurations, les syndicats ont ouvert les discussions avec la direction sans attendre d’être mis devant un fait accompli. Le SETCa a également adapté sa stratégie. La direction, en prévision d’une grève, avait gonflé les stocks. Mais nous n’avons pas fait grève. Le surcoût pour la location d’espaces de stockage supplémentaires leur a coûté bien cher… et cela a réduit l’effet de la deuxième restructuration sur l’emploi. Tous les licenciements ont été volontaires et exécutés à des conditions bien meilleures que lors de la première restructuration. Ils comptaient virer septante employés. Le chiffre est tombé à 31 ».

 

Paul résume ainsi l’importance de son engagement : « Que ce soit en temps que délégués CE, CPPT, ou DS, notre tâche est de veiller à ce que les employeurs respectent les travailleurs en leurs donnant la possibilité de travailler dans un climat serein, motivant et sécurisant au sein de nos entreprises. A partir du moment ou le futur délégué s'investit dans l'action syndicale, conscient des enjeux, chaque victoire contre l'injustice sociale est motivante et fait reculer l'individualisme. »

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Tous ce qu'il faut savoir sur les élections sociales 2008